Introduction à notre dossier
Islam, islamisme et la gauche
La mauvaise foi et l’hypocrisie (surtout à droite) se bat avec l’ignorance et la confusion (surtout à gauche) dans la question ‘controversée’ de comment comprendre l’islam politique au niveau international. Les médias nous expliquent qu’il existe des ‘islamistes modérés’ comme le gouvernement Turc, (qui soutient le bombardement des pays pauvres et la libéralisation des services publics de l’Europe) et puis des ‘radicaux’ détestables, qui comprendrait pas seulement les Ben Laden et autres tenants de la terreur aveugle, voire antisémite comme en Turquie récemment, mais aussi les organisations musulmanes alliées avec des forces nationalistes pour opposer une résistance armée à l’occupation néocolonialiste de l’Irak, ou les kamikazes palestiniens. Il est rare qu’une question politique soit aussi empreinte de confusion.
Nous avons décidé de produire un dossier sur la question de l’Islam et la politique, non pas parce que nous comptons parmi nos rédacteurs des experts reconnus sur le sujet, mais parce qu’il nous semblait que cette question apportait une confusion lourde et lourde de conséquences parmi les militants de gauche, y compris parmi ceux qui se réclament du marxisme révolutionnaire. Voir des militants d’extrême gauche au premier rang de ceux qui ont décidé l’exclusion de deux jeunes musulmanes de l’école à Aubervilliers a bouleversé bien de repères.

Il nous semble que le danger principal dans la situation française actuel est bel et bien l’islamophobie, qui peut, quelles que soient les intentions de ses tenants à gauche, ouvrir un boulevard pour le développement du racisme anti-arabe. L’article dans ce dossier sur le foulard montre que ces ‘affaires’ loin de concerner la seule école, concerne la tolérance des préjugés anti-musulmans dans la société dans son ensemble. Tout le poids du passé colonial de la France, et l’ignorance au sujet des cultures dominées alimente ce processus.

La supposée menace intégriste dans la presse de droite

Les ‘affaires du foulard’ ont été accompagnées d’un étalement au grand jour d’un grand nombre de préjugés sur l’Islam et la politique. L’islamisme est vu comme une force irrésistible et réactionnaire qui justifie tous les efforts pour contrer son influence dans le monde. Du coup d’Etat de 1992 en Algérie, qui a empêché un parti islamiste de gagner les élections, au bombardement des populations d’Afghanistan, justifié, nous dit-on, par le traitement extrêmement cruel des femmes par les Taliban.

Les revues populaires d’actualité font des amalgames leurs fond de commerce. Dans la revue américaine Newsweek nous pouvons lire Samuel Huntington (auteur du « Choc des civilisations »[i]) « La politique contemporaine mondiale c’est l’ère des guerres musulmanes. Les Musulmans se battent entre eux, et contre les non-musulmans, beaucoup plus souvent que ne le font les gens des autres civilisations. …Cinq des sept Etats sur la liste des Etats qui soutiennent le terrorisme sont des Etats musulmans, ainsi que la majorité des groupes terroristes. » Il explique que la menace vient de « l’islamo-fascisme » soutenu par « entre 10 et 15 pour cent du monde musulman »…ce qui ferait 200 millions d’ « islamo-fascistes » !

Les journaux français ne sont pas en reste. France-Soir publie le dessin d’un musulman quicherche dans le Coran avec une légende qui explique qu’il ne trouve pas le mot « démocratie » dans ce livre. Et dans LePoint on lit

« Il y a dans le Coran de nombreuses exhortations à la guerre dite sainte. Il ne s'agit pas d'un combat spirituel, il est bel et bien question d'opérations militaires sanglantes avec égorgements, massacres, butins. Tous actes dont les informations télévisées nous attestent la fréquence actuelle. Sourate 9, verset 9 : ‘Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu.’ 

Ceux qui estiment possible d'affirmer que l'islam est une religion de paix pourraient peut-être expliquer en quoi les quelques versets du Coran mentionnés ici, et tant d'autres qui répètent les mêmes choses, sont pacifiques et conformes à ce qu'en Occident on entend par droits de l'homme. Un arbre se juge à ses fruits. N'y a-t-il pas quelque chose d'irrationnel à penser que l'islam est une religion comme une autre et qu'il faut l'accueillir à côté des autres par fidélité aux principes de la liberté de conscience ? »[ii]

Et de gauche

Si les publications de gauche soulignent souvent le besoin de ne pas amalgamer « musulman » et « intégriste » elles ont néanmoins tendance à ne parler de l’islam que du point de vue de l’intégrisme le plus réactionnaire. On ne s’intéresse aux peuples musulmans que quand il y a un attentat ! Toute résurgence d’une identité musulmane est vue comme une menace. Que davantage d’hommes et femmes fassent le ramadan, que les mosquées soient un peu plus fréquentées, et la presse parle tout de suite de « la montée de l’intégrisme ».

Dans L’Humanité dimanche, on cite un « conseiller technique en prévention de la délinquance » [ !] qui dit « Le communautarisme, c’est l’ultra-libéralisme, le fascisme. Je ne veux pas que des Ayatollahs, qui instrumentalisent la femme pourfaire de la politique, m’imposent leurs règles. » 

Dans Marianne, Maurice Szafran attribue les attentatscontre les civils israéliens à l’œuvre de « l’internationale des fascistes islamistes. », tandis que Jean-François Kahn fustige le « fascisme Vert » qu’il associe au « refus d’enlever le foulard pour établir une photo d’identitéMartine Gozlan affirme « L’islamisme est un cycle infernal. Quoi qu’on lui oppose, il ne cesse de se reproduire. » Dans le Nouvel Observateur, on cite un des fondateurs de SOS-Racisme, Arié Bensehmoun qui dit« On est entré en politique contre Le Pen. Mais aujourd’hui, c’est l’islamisme qui est une menace. »[iii]

Plus rarement, mais régulièrement, au sein de l’extrême gauche on peut entendre des commentaires proprement islamophobes.

La tradition assimilationniste de l’Etat français constitue une bonne partie de l’explication de cette diabolisation (voir l’article de Murray Smith dans ce numéro). Mais le fait que l’islam est la religion des anciennes colonies françaises et des populations immigrées opprimées y est évidemment central.

L’islam serait en soi porteur de valeurs inconciliables avec la civilisation moderne, et « l’intégrisme musulman » ou « l’islamisme » constituerait une menace mystérieuse et puissante déterminée et capable de ramener la société à la barbarie médiévale, en particulier en ce qui concerne les droits des femmes et la liberté de parole, en oeuvrant par des méthodes terroristes des plus choquantes. Les crimes récents en Turquie sont utilisés pour continuer cette caricature de l’islam politique.

Et pourtant

Pourtant les massacres de dizaines de milliers de personnes sous les bombes, l’écrasement de pays entiers sous la famine et la dette ne sont pas le fait d’extrémismes religieux, mais de pays démocratiques bien pensants. Quand les médias parlent de « musulmans modérés » ou « islamistes modérés »ils se réfèrent le plus souvent à des mouvements ou des régimes qui acceptent le droit de l’occident de bombarder des pays pauvres à sa guise, et d’écraser la moitié de la population mondiale par le remboursement d’une dette sans fin, à travers le FMI et la Banque Mondiale. Il ne faut pas se tromper de l’identité de l’ennemi principal, l’impérialisme, qui a d’ailleurs - quand ça l’arrangeait soutenu cyniquement les régimes et les mouvements islamistes les plus réactionnaires (Arabie Saoudite, les Talibans).

En même temps, quoi qu’on pense des tactiques utilisées, c’estl’islam politique entre autres qui cristallise et inspire la résistance à l’occupation israélienne de la Palestine et l’occupation américaine de l’Irak. Comme l’écrit Wendy Kristianasen, les organisations islamistes « ont joué un rôle de premier plan  dans l’organisation … des manifestations de solidarité avec les Palestiniens - manifestations qui ont fait réfléchir les régimes arabes sur leur complicité avec un Occident avalisant la politique de M. Ariel Sharon. » [iv] Ce faisant, l’islam politique a pu gagner un certain soutien parmi les jeunes en France, fatigués par l’hypocrisie du « pays des droits de l’homme ». (Voir l’article de Nicolas Mamarbachi dans ce numéro).

Confusions de base 

Il est primordial de faire la différence, pas seulement entre « musulman » et « intégriste » mais entre les différents projets de « renouveau de l’islam » qui ont gagné en popularité depuis trente ans. Venant des pays dominés, ayant une base sociale variée, ces projets, même si les lignes ne sont pas clairement dessinés entre eux, sont de nature différente. Pour certains mouvements piétistes, le renouveau de l’islam doit passer surtout par un respect plus rigoureux des rituels religieux. (dont le port du foulard, que Thomas Mitch analyse en détail dans ce numéro). Pour d’autres groupes, c’est le renversement des Etats colonialistes ou post-colonialistes et leur remplacement par des Etats islamiques qui permettrait de régler les problèmes matériels et spirituels des populations.

Dans l’ambiance d’une islamophobie assez généralisée, il n’est pas surprenant de voir qu’on cite l’Iran et l’Afghanistan en exemple bien plus que d’autres pays à majorité musulmane. On suppose que l’Iran est typique d’un pays musulman. Mais ces deux pays ont en commun avant tout leur lourd passé d’oppression coloniale (sous l’URSS pour l’un et sous le Chah d’Iran pour l’autre), leur proximité des puits de pétrole qui a garanti l’intervention soutenu de l’impérialisme, et le soutien que les islamistes ont reçu des impérialistes à certains moments clé de leur histoire. Il est évident que l’extrémisme religieux, quand il détient le contrôle d’un appareil d’Etat ne peut que donner lieu aux répressions les plus terribles. Ce n’est pas pour autant qu’il s’agit de pays musulmans typiques vers lesquels tendraient les autres pays musulmans à moins de bénéficier de la civilisation des ‘lumières’ de l’Occident. Notons en passant que le pays musulman le plus grand (160 millions d’habitants), l’Indonésie, comportait jusqu’en 1997 un pourcentage de femmes au parlement plus élevé que celui de la France.

On ne peut pas expliquer l’islamisme par l’islam

L’islam politique dans le monde n’a rien de monolithique.La force des grandes religions qui ont survécu pendant plusieurs siècles est justement la flexibilité de leur idéologie. Dans chaque religion, des éléments ultra réactionnaires co-existent avec des versions plus ou moins progressistes de l’idéologie religieuse - c'est-à-dire l’adaptation de l’idéologie religieuse au vécu des croyants des classes opprimées.

C’est ainsi que la religion chrétienne a inspiré à la fois l’Abbé Pierre, les « prêtres-ouvriers » en France et la théologie de la libération en Amérique du Sud et de l’autre côté les groupes fascisants qui ont assassiné depuis quelques années aux Etats-Unis de nombreux médecins qui pratiquaient des IVG[v] ou les supporters de la dictature de Pinochet au Chili après 1973.

Les religions hindoues ont inspiré à la fois l’anticolonialisme militant de Gandhi, et les groupes extrémistes qui ont organisé en 2002 le massacre d’au moins 2000 musulmans à Gujrat en Inde[vi] en et qui s’allient ouvertement aujourd’hui avec des partis fascistes dans certains pays[vii]

C’est pour cela que nous ne devons pas être surpris de voir les talibans se réclamer de l’islam, et d’autres musulmans proposer un féminisme islamique[viii], ou des versions très à gauche de l’islam, comme en Iran dans les années 1970[ix] ou en Afrique du Sud aujourd’hui. Claude Meunier, dans ce numéro de la revue traite en détail l’attitude de la tradition marxiste sur cette question.

Un extrême c’est les lois islamiques horrifiantes contre les femmes en Arabie Saoudite ou en Iran ; l’autre extrême se voit dans les paroles de la féministe musulmane malaisienne, Zainah Anwar, qui écrit

« Dans le monde islamique que je connais, je vois à la fois des tendances progressistes et des tendances rétrogrades. Il y a des femmes qui ont fait plus d’études que les hommes, et des hommes qui ont fait plus d’études que les femmes. Des maris qui entretiennent leur femme, et des femmes qui entretiennent leur mari. … [mais aussi] je vois des femmes qui ne peuvent pas accepter que leur mari ait pris une deuxième épouse, celles qui refusent de croireque Dieu a donné au mari le droit de battre sa femme …

Mais les Mollahs me parlent d’un monde islamique différent. Ils déclarent que tous les hommes sont supérieurs à toutes les femmes… Ils disent que je ne peux pas remettre ces règles en question parce qu’elles sont édictées par Dieu.

En tant que femme pensante et croyante, je ne peux pas accepter ces déclarations faites au nom de ma foi et de mon Dieu. Les mollahs utilisent en fait Dieu et la religion pour justifier le patriarcat… il n’est pas question que je rejette la religion pour pouvoir vivre ma vie en féministe. » [x]

L’interview dans ce numéro de Samira Makhlouf montre que le lien entre islam et politique peut être à l’opposé même de « l’islamo-fascisme » dont on nous parle.

La cohérence intellectuelle de ces propositions ne nous concerne pas ici. Ce qui est crucial de comprendre c’est que la religion est un phénomène entièrement social. Elle n’est pas une force historique en elle-même. Elle le devienne dans la mesure où elle peut exprimer les besoins de groupes sociaux spécifiques. Puisque les intérêts des différentes classes ou fractions de classe divergent, différentes versions de chaque religion y répondent. Dans ce sens l’Islam est une religion comme les autres. 

Les tactiques de l’Islam politique

Dans un autre domaine on voit également des extrêmes. A un extrême les proches de Ben Laden, et les attentats antisémites en Turquie. A l’autre les propositions de Tarek Ramadan en France ou des dirigeantes musulmanes du mouvement antiguerre anglais. 

Le Monde Diplomatique note que le « néofondamentalisme islamique »

peut se développer dans des contextes sociaux et politiques très variés. Une organisation comme le Jama’at al-Tabligh (connu en France sous le nom de Foi et Pratique) est parfaitement apolitique et légaliste. Mais des imams, dans de petites mosquées de quartier en Europe, vont insister pour que les filles se voilent et n’aillent pas en cours de gymnastique, et inciteront les musulmans à ne pas serrer la main aux femmes ou à ne pas répondre aux cartes de voeux de Nouvel An. A Londres, des prédicateurs comme Abou Hamza et Omar Bakri déversent anathèmes et appels au djihad. 

Le Hizb ul-Tahrir (Parti de la Libération), basé à Londres et qui recrute chez des jeunes musulmans de seconde génération, est très radical dans son discours (appel à proclamer immédiatement la renaissance du califat (4) pour tous les musulmans, condamnation radicale de toute participation à la vie sociale et politique des pays d’accueil), mais se garde bien de parler de djihad et ne recourt jamais à l’action violente. 

Le wahhabisme saoudien fondé par Abdel Wahhab (1703-1791) pousse très loin le scripturalisme et le refus de tout compromis avec tout ce qui n’est pas le strict islam (au point d’avoir détruit la tombe du Prophète lui-même afin qu’elle ne fasse pas l’objet d’un culte) : il s’est construit contre les autres écoles de l’islam et non contre l’Occident, avec qui il s’est allié sous l’impulsion de la famille des Saoud. Mais il reste obsédé par toute influence culturelle ou religieuse occidentale, d’où des tensions du fait de la présence de troupes américaines. La télévision saoudienne destinée aux musulmans vivant en Occident dénonce toute forme d’intégration, mais soutient la politique pro-américaine de la famille royale.

L’islam comme toute religion est un phénomène social.

C’est pour cela que ceux, y compris à l’extrême gauche, qui se base sur leur lecture du Coran pour analyser les mouvements de l’islam politique font absolument fausse route (« Lis donc le Coran ! » m’a interpellé plus d’un camarade énervé). Comme l’écrit Luiza Toscane, l’approche « qui explique l'islamisme par l'islam, suggérant sa répression comme remède … est incapable d'expliquer pourquoi l'islam n'a pas produit l'islamisme pendant quatorze siècles. »[xi]

L’Islam politique n’est aucunement basé sur une lecture littérale du Coran. Et le Coran n’a pas le monopole d’injonctions violentes (voir notre encadré fait de citations de la Bible). Les citations de la Bible ne peuvent pas expliquer les mouvements chrétiens aujourd’hui, celles du Coran ne peuvent pas expliquer l’islam politique.

Quelle attitude envers les islamistes

Il y a quelques conclusions qu’il faudrait tirer. En tant que révolutionnaires, nous sommes évidemment entièrement opposés à l’idéologie et aux tactiques des différents mouvements islamistes (y compris bien sûr la tactique du terrorisme individuel). Nous ne pouvons les considérer comme des alliés. Mais nous voyons dans la brutalitédu capitalisme et des puissances impérialistes l’ennemi principal. Puisque les mouvements islamistes ont surgi comme une réponse à cette domination impérialiste, nous pouvons nous trouver dans les mêmes luttes aux côtés de certains de ces mouvements, sans faire des concessions politiques. Dans ces luttes, il peut être possible de convaincre de jeunes islamistes que les idées révolutionnaires répondent infiniment mieux à leur besoin de lutter contre l’impérialisme.

C’est pour cela que c’est une erreur grave, et malheureusement courante en France d’exclure par principe toute organisation musulmane de la lutte contre l’impérialisme. Le succès massif du mouvement antiguerre en Angleterre tient évidemment du rôle de Tony Blair dans les massacres, mais aussi de la capacité de l’extrême gauche anglaise de construire un front uni large ou des centaines de milliers de musulmans ont pu participer[xii]

Il est bien sûr de notre devoir aussi d’expliquer que, même si l’islamisme surgit en opposition à l’impérialisme, l’histoire de ce mouvement montre qu’il ne peut pas apporter la libération des peuples opprimés. L’islamisme ne peut pas proposer une solution au système capitaliste à cause des intérêts de classe qu’il représente. Même si en Palestine, le Hamas compte un soutien solide, il a plus peur d’un soulèvement de masse que de l’autorité palestinienne corrompue. Si ses critiques de l’OLP sont souvent dures, il ne possède pas une stratégie alternative pour la libération de la Palestine.

Les islamistes qui n’ont pas de base de masse, commeBen Laden, ont encore moins à proposer. La popularité de Ben Laden parmi certaines populations reflètent avant toutla faillite d’alternatives non-religieuses.

Il ne faudrait pas en conclure pourtant que l’islam politique est condamné à disparaître rapidement, comme semble soutenir Gilles Kepel, chercheur et intellectuel de premier plan sur l’islam politique Il faut valoir que, depuis le retrait des troupes soviétiques de l’Afghanistan, la plupart des mouvements politiques islamistesconnaissent une fragmentation, des défaites sérieuses Selon Kepel, les attentats du 11 septembre représentait la faiblesse de l’islam politique et pas sa force C’est sans doute vrai, mais de là à un déclin terminal de l’islam politique, nous en sommes loin.

En réalité, l’intervention militaire occidentale en Afghanistan et en Irak , la capitulation politique de l’autorité palestinienne, et l’absence d’alternatives politiques à gauche vont assurer un nouveau recrutement aux mouvements islamistes malgré leurs défaites passées.

Seule l’émergence d’une vraie alternative à gauche peut réduire durablement l’influence de l’islam politique dans es pays où il jouit d’une base populaire importante. Comme l’écrit le militant palestinien, Toufic Haddad

«  Je m’attends à voir la croissance d’un mouvement qui rompt à la fois avec les régimes arabes corrompus, et avec l’impasse stratégique de Al Quaida, même s’il faudra des années pour développer et clarifier un tel courant. Malheureusement, la faiblesse des forces de gauche dans le monde arabe est criante, et c’est ce qui a empêché l’émergence d’un courantqui comprend la structure de l’oppression et de l’exploitation et sait construire une alternative politique.»

John Mullen (LCR Montreuil)

A lire aussi 

L’excellente article de Alain Gresh sur l’islamophobie dans Le Monde Diplomatique. On peut le lire sur le web au http://www.monde-diplomatique.fr/2001/11/GRESH/15801

Encadré : La Bible l’a dit.

Celui qui blasphémera le nom de l'Éternel sera puni de mort : toute l'assemblée le lapidera. Qu'il soit étranger ou indigène, il mourra, pour avoir blasphémé le nom de Dieu.

Lévitique 24:16

Lévitique 25:44-46
44.C'est des nations qui vous entourent que tu prendras ton esclave et ta servante qui t'appartiendront, c'est d'elles que vous achèterez l'esclave et la servante.
45.Vous pourrez aussi en acheter des enfants des étrangers qui demeureront chez toi, et de leurs familles qu'ils engendreront dans votre pays ; et ils seront votre propriété.

Les Nombres 31:14-18
14.Et Moïse s'irrita contre les commandants de l'armée, les chefs de milliers et les chefs de centaines, qui revenaient de l'expédition.
15.Il leur dit : Avez-vous laissé la vie à toutes les femmes ?
16.Voici, ce sont elles qui, sur la parole de Balaam, ont entraîné les enfants d'Israël à l'infidélité envers l'Éternel, dans l'affaire de Peor ; et alors éclata la plaie dans l'assemblée de l'Éternel.
17.Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui ;
18.mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n'ont point connu la couche d'un homme.

Deutéronome 21:18-21
18.Si un homme a un fils indocile et rebelle, n'écoutant ni la voix de son père, ni la voix de sa mère, et ne leur obéissant pas même après qu'ils l'ont châtié,
19.le père et la mère le prendront, et le mèneront vers les anciens de sa ville et à la porte du lieu qu'il habite.
20.Ils diront aux anciens de sa ville : Voici notre fils qui est indocile et rebelle, qui n'écoute pas notre voix, et qui se livre à des excès et à l'ivrognerie.
21.Et tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi, afin que tout Israël entende et craigne.

Deutéronome 22:5
Une femme ne portera point un habillement d'homme, et un homme ne mettra point des vêtements de femme ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Éternel, ton Dieu.

Deutéronome 22:13-21
13.Si un homme, qui a pris une femme et est allé vers elle, éprouve ensuite de l'aversion pour sa personne,
14.s'il lui impute des choses criminelles et porte atteinte à sa réputation, en disant : J'ai pris cette femme, je me suis approché d'elle, et je ne l'ai pas trouvée vierge, -
15.alors le père et la mère de la jeune femme prendront les signes de sa virginité et les produiront devant les anciens de la ville, à la porte.
16.Le père de la jeune femme dira aux anciens : J'ai donné ma fille pour femme à cet homme, et il l'a prise en aversion;
17.il lui impute des choses criminelles, en disant : Je n'ai pas trouvé ta fille vierge. Or voici les signes de virginité de ma fille. Et ils déploieront son vêtement devant les anciens de la ville.
18.Les anciens de la ville saisiront alors cet homme et le châtieront ;
19.et, parce qu'il a porté atteinte à la réputation d'une vierge d'Israël, ils le condamneront à une amende de cent sicles d'argent, qu'ils donneront au père de la jeune femme. Elle restera sa femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu'il vivra.

20.Mais si le fait est vrai, si la jeune femme ne s'est point trouvée vierge,
21.on fera sortir la jeune femme à l'entrée de la maison de son père; elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra, parce qu'elle a commis une infamie en Israël, en se prostituant dans la maison de son père. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi.


[i] Le Choc des civilisations, Odile Jacob, Paris, 1997.
[ii] Le Point 05.10.2001
[iii] Le Nouvel Observateur 4 avril 2002
[iv] Le Monde Diplomatique septembre 2002
[v] The Guardian 30 mars 2001
[vi] Voir site web de Amnesty International www.amnestyinternational.be/doc/article.php3?id_article=586
[vii] The Observer 23.12.2001
[viii] Voir par exemple le texte en anglais de la revue « New Internationalist » http://www.newint.org/issue345/legacy.htm et le texte au http://www.prospect.org/webfeatures/2000/12/lambert-m-12-08.html
[ix]En Iran, certains dirigeants guérilla cherchait à intégrer le marxisme et l’islam. Voir le livre dePhil Marshall, Revolution and Counter-Revolution in Iran (Londres Bookmarks, 1988),65–67
[x] Courrier International 6 au 12 novembre 2003.
[xi] "Rouge" du 18 octobre 2001
[xii] L’article de Salma Yaqoob en anglais « Islam and the Left », dans International Socialism N° 100, Automne 2003 montre en détail comment il a été possible d’organiser en nombre les musulmans anglais contre la guerre en Irak. On peut le commander au http://www.swp.org.uk/ISJ/ISJ.HTM

 

poing rougeSocialisme International   anticapitalisme&révolution

Revue trimestrielle publiée par des militant(e)s
de la Ligue Communiste Révolutionnaire
N° 1  novembre 2001  N°  2 février 2002
Dossier : Palestine
Supplément "Comment battre Le Pen"
N° 3 mai 2002
N° 4  juillet 2002 N° 5 octobre 2002
Dossier : Quel parti nous faut-il ?
N° 6 février 2003
Dossier : Economie
 N° 7 juin  2003
Dossier : la Socialdémocratie
N° 8 septembre 2003
Dossier : la Libération des femmes
 N° 9 janvier 2004 
Dossier Islam et politique
N° 10 juin 2004
Dossier : En défense de Lénine
N° 11 novembre 2004
Dossier : Combattre l'impérialisme
N° 12 mars 2005
Dossier : Ecole et capitalisme
N° 13 août 2005
Dossier : Altermondialisme et anticapitalisme
Site web de la LCR       Liens    Bibliothèque anticapitaliste Abonnez-vous à la revue ou au bulletin électronique