Les révolutionnaires russes et la religion

Quelle fut l'attitude des révolutionnaires russes envers la religion après la prise du pouvoir par les Conseils ouvriers et paysans en 1917 ? Leur priorité fut la défense du nouvel Etat ouvrier, la reconstruction économique et la solidarité avec les travailleurs dans d'autres pays. Dans la pratique, la lutte idéologique contre la religion fut souvent reléguée au second plan. Mais à plus long terme, ils savaient que la question de la religion était cruciale. Construire une société socialiste ne se réduisait pas au développement des moyens de production. Il s'agissait surtout de créer une société plus juste, plus humaine. Avec l'avènement du socialisme, la religion devait disparaître d'elle-même.

Comment cette lutte devait-elle être menée ? Fallait-il apprendre le marxisme (avec sa Sainte Trinité de Marx, Engels et Lénine) aux masses ignorantes comme on apprend le catéchisme aux enfants en faisant répéter des dogmes ? Fallait-il toujours s'opposer frontalement à la religion, quelques soient les circonstances ?

Pour Trotsky, les choses étaient claires : " Il est de nos jours parfaitement évident et incontestable que nous ne pouvons pas mener notre propagande anti-religieuse par la voie d'un combat direct contre Dieu. /.../ La lutte contre une religion donnée, ou contre la religion en général et contre toutes les formes de mythologies et de superstitions, n'est ordinairement couronnée de succès que si l'idéologie religieuse entre en conflit avec les besoins d'une classe donnée dans un nouvel environnement social. /.../ les méthodes formalistes de critique anti-religieuse, la satire, la caricature, etc. ne peuvent pas faire grand chose. Et si l'on y va trop fort, on risque d'obtenir un résultat inverse. /.../ En fermant simplement les églises, comme il a été fait en quelques endroits, ou par d'autres excès administratifs, non seulement vous serez incapables d'atteindre un succès décisif, mais au contraire, vous préparerez la voie pour un retour en force de la religion. "

La religion étant la traduction " [du] chaos de la nature et le chaos des rapports sociaux dans le langage d'images fantastiques ", il était évident pour les révolutionnaires russes de l'époque que " seule l'abolition du chaos terrestre peut supprimer à jamais son reflet religieux ". " Une direction consciente, raisonnable et planifiée de la vie sociale, dans tous ses aspects, abolira définitivement tout mysticisme et diablerie. " (1)

Sur le plan idéologique, la chose la plus importante, selon Lénine, fut d'éveiller chez les masses " une attitude intelligente envers les questions religieuses et une critique intelligente des religions ".

" Ce serait l'erreur la plus grande et la plus tragique pour un marxiste de penser que les millions de gens (en particulier les paysans et les artisans), qui ont été condamnés par toute la société moderne à vivre dans l'obscurité, dans l'ignorance et dans la superstition, peuvent s'en sortir seulement en suivant la ligne droite de l'éducation marxiste. On devrait fournir à ces millions de gens, à des fins de propagande, la littérature athée la plus variée; on devrait les informer de faits venant des sphères les plus diverses de la vie; ils devraient être abordés de toutes les façons imaginables, afin de les intéresser, de les éveiller de leur stupeur religieuse, de les remuer en se servant des approches et des méthodes les plus variées, et ainsi de suite. "

Il conseilla la traduction et la diffusion des écrits des philosophes athées du siècle des Lumières, qui seraient souvent " mille fois plus adaptés " que les textes marxistes "ennuyeux, secs et /../ presque entièrement dépourvus d'exemples concrets choisis avec soin qui prédominent dans notre littérature ... ". (2)

Les marxistes n'ont donc aucune réticence à condamner les représentants de la religion organisée là où ceux-ci participent à l'oppression et à l'exploitation. Mais vis-à-vis de ceux qui sont sous leur influence nous devons faire preuve de beaucoup de patience et de pédagogie, car séparer la masse des fidèles d'une religion de la hiérarchie qui les trompe est par définition une tâche difficile et délicate. " Proclamer la guerre contre la religion comme un des objectifs politiques d'un parti ouvrier, disait Engels, n'est qu'une simple pose anarchiste ". (3)

Partout où des révolutionnaires marxistes authentiques ont été en position de prendre le pouvoir ils ont proclamé la liberté du culte, la séparation de l'Eglise et de l'Etat (ce qui garantit entre autres l'indépendance de l'Eglise) et l'égalité entre toutes les religions. En Russie avant la révolution de 1917, les Bolcheviks avaient défendu les droits démocratiques des minorités religieuses comme la communauté russe orthodoxe des Vieux Croyants .

Pour Lénine, " Chacun doit être parfaitement libre de professer n'importe quelle religion ou de n'en reconnaître aucune, c'est-à-dire d'être athée, comme le sont généralement les socialistes. Aucune différence de droits civiques motivée par des croyances religieuses ne doit être tolérée. " (4)

En 1905, dans une situation pré-révolutionnaire, Lénine pensait même qu'il fallait appuyer - tactiquement - la partie du clergé orthodoxe qui s'opposait à la politique ultra réactionnaire de la droite : " Si misérable, si ignorant que fût le clergé orthodoxe russe, il s'est réveillé cependant au fracas de la chute de l'ancien régime, du régime médiéval en Russie. Le clergé lui-même soutient aujourd'hui la revendication de liberté, s'élève contre le bureaucratisme officiel et l'arbitraire administratif, le mouchardage policier imposé aux ' ministres de Dieu'. Nous autres socialistes, nous devons appuyer ce mouvement en poussant jusqu'au bout les revendications des représentants honnêtes et sincères du clergé, en les prenant au mot quand ils parlent de liberté, en exigeant qu'ils brisent résolument tout lien entre la religion et la police. "  (5)

Lénine insista également qu'il n'avait aucune opposition de principe à ce que des travailleurs croyants et pratiquants adhèrent au Parti bolchevique, et il s'opposa formellement à l'idée d'inclure l'athéisme dans le programme du parti.

Une fois arrivés au pouvoir les Bolcheviks ont mis fin aux subventions accordées par l'Etat à l'Eglise orthodoxe. Ils ont accordé des droits civiques et l'accès à la fonction publique aux juifs.

Si par rapport à la majorité russe de confession orthodoxe les Bolcheviks adoptèrent une attitude prudente et gradualiste, dans les pays de la périphérie musulmane, les communistes avaient comme consigne (qui malheureusement ne fut pas toujours suivie) de respecter la religion et la culture de la population, et de freiner la colonisation économique et le chauvinisme grand-russe des immigrants.

En mai 1917 ils organisèrent un Congrès des Musulmans de la Russie à Moscou. Celui-ci se prononça pour les droits de la femme. Un Commissariat pour les affaires musulmanes fut créé qui avait parmi ses dirigeants des musulmans assez éloignés des conceptions philosophiques et politiques des communistes, mais qui avaient décidé de soutenir le nouvel Etat ouvrier qui promettait aux peuples de la Caucase et d'Asie centrale la liberté religieuse ainsi que la reconnaissance des langues et des cultures locales.

Dans une situation d'extrême pénurie et de guerre civile où la question de la survie du régime révolutionnaire basé sur les Conseils ouvriers et paysans fut primordiale, les Bolcheviks n'hésitaient pas à subventionner, dans la mesure du possible, dans les pays de la périphérie musulmane sous contrôle de la Russie, des écoles et des tribunaux islamiques, à côté des écoles publiques et tribunaux soviétiques. Des colons russes furent évincés de leur positions y compris dans le Parti bolchevique et les institutions de l'Etat ouvrier et remplacés par des représentants de la majorité musulmane.

Cette politique d'action affirmative permit à l'Armée rouge de recruter des milliers de musulmans, voire des groupes de partisans islamistes, qui luttèrent efficacement contre les armées contre-révolutionnaires.

Les communistes acceptaient des musulmans de gauche comme membres à part entière du parti. Selon Trotsky, 15 pour cent ou plus des membres du parti en 1923 dans les régions musulmanes étaient des croyants. En Asie centrale, alors que beaucoup de nouveaux militants étaient des musulmans, les Russes d'origine orthodoxe ne pouvaient adhérer au parti que s'ils étaient " libérés de tout préjugé religieux ". (6)

Le nouveau régime créa l'organisation Zhendotel (Département des femmes ouvrières et paysannes) pour travailler parmi les femmes musulmanes. A ses débuts, Zhendotel eut une approche pleine de patience et de sensibilité envers les délicats problèmes auxquels il était confronté. Les membres féminins de l'organisation portaient même le paranja (un voile islamique couvrant complètement la tête et le visage) au cours de discussions tenues avec des femmes musulmanes. (7)

Plus tard, cependant, et sous l'influence de Staline, cette approche fut abandonnée et un combat fut organisé contre les " déviations nationalistes " au nom ... du féminisme. Cette campagne fut même lancée le 8 mars 1927, lors de la journée internationale des femmes. Des femmes voilées furent agressées, ce qui ne manqua pas de provoquer une réaction sanglante de la part du clergé musulman. Des milliers d'enfants furent retirés des écoles soviétiques et des femmes non-voilées furent à leur tour agressées.

Cette attitude chauvine et bureaucratique de la part de Staline et de ses partisans (une attitude qui fut rondement dénoncée par Lénine peu de temps avant sa mort) conduisit non seulement à la suppression de la liberté religieuse mais ne fut qu'un avant goût d'une réaction plus générale.

En Russie avant la contre-révolution stalinienne, le christianisme pas plus que le judaïsme et l'islam en tant que religions ne furent pas interdit, pour la bonne et simple raison que l'interdiction de la religion n'a jamais fait partie du programme marxiste.

La position de Lénine sur cette question était claire et sans ambiguïté. " Nous réclamons la séparation complète de l'Église et de l'État afin de combattre le brouillard de la religion avec des armes purement et exclusivement idéologiques : notre presse, notre propagande. " (7)

Et il s'appuya sur Engels, qui,  " tout en condamnant impitoyablement la moindre concession /.../ à l'idéalisme et à la religion, condamne non moins résolument [la] notion pseudo-révolutionnaire que la religion serait interdite dans une société socialiste ". (8)
Claude Meunier (LCR Saint-Denis)
 

NOTES

(1) L. Trotsky, 'Sens et méthodes de la propagande anti-religieuse' (1925)
(2) V.I. Lenin, 'On the Significance of Militant Materialism'(1922). Traduction libre.
(3) V.I. Lenin, 'On Religion', p. 12 (New York, 1935). Cité dans Paul N. Siegel, 'The Meek and the Militant' (1982).
(4) Lénine, 'Socialisme et religion' (1905).
(5) Lénine, 'Socialisme et religion' (1905).
(6) Lire David Crouch, 'Bolsheviks and Islam : Religious Rights', Socialist Review (Londres), décembre 2003 sur le site http://www.socialistreview.org.uk
(7) Voir Revue Internationale n° 109 sur le site http://www.internationalism.org/french
(8) Lénine, 'Socialisme et religion' (1905).
(9) Seul le régime ultra-stalinien d'Enver Hohxa en Albanie adopta l'athéisme comme dogme officiel de l'Etat. Non seulement ce régime ne fut pas le produit d'une véritable révolution prolétarienne (condition minimum selon la tradition marxiste pour qu'un pays soient considéré comme un Etat ouvrier), mais il exerça le pouvoir dans un des pays les plus pauvres et les plus isolés de l'Europe. Ses dirigeants furent des nationalistes formés au 'marxisme' à l'école de Staline et de Mao, et le culte de la personnalité autour du chef suprême ressemblait à rien d'autre qu'une nouvelle religion, comme ce fut d'ailleurs le cas en Russie et en Chine.
 

poing rougeSocialisme International   anticapitalisme&révolution

Revue trimestrielle publiée par des militant(e)s
de la Ligue Communiste Révolutionnaire
N° 1  novembre 2001  N°  2 février 2002
Dossier : Palestine
Supplément "Comment battre Le Pen"
N° 3 mai 2002
N° 4  juillet 2002 N° 5 octobre 2002
Dossier : Quel parti nous faut-il ?
N° 6 février 2003
Dossier : Economie
 N° 7 juin  2003
Dossier : la Socialdémocratie
N° 8 septembre 2003
Dossier : la Libération des femmes
 N° 9 janvier 2004 
Dossier Islam et politique
N° 10 juin 2004
Dossier : En défense de Lénine
N° 11 novembre 2004
Dossier : Combattre l'impérialisme
N° 12 mars 2005
Dossier : Ecole et capitalisme
N° 13 août 2005
Dossier : Altermondialisme et anticapitalisme
Site web de la LCR       Liens    Bibliothèque anticapitaliste Abonnez-vous à la revue ou au bulletin électronique