Les livres dont des armes
L'obsession anti-américaine
 

Jean-François Revel  est membre de l'Académie française et éditorialiste au Point, autant dire qu'il n'est pas de gauche. On pourrait le classer dans cette catégorie de "nouveaux réactionnaires" ou intellectuels de droite; mais ce serait mal connaître son oeuvre  qui a débuté dès 1965 avec En France, la fin de l'opposition, suivi en 1968 de Lettre Ouverte à la droite puis en 1970 de Ni Marx ni Jésus, un brîlot de banalités pro-américaines et ultralibérales.

L'obsession anti-américaine Jean-François Revel, Plon 2000

Dans son dernier livre, publié en septembre 2002, Revel revient sur cette supposée « idéologie dominante » sans doute imprégnée de « gauchisme cryptocommuniste » qui régnerait sur la société française. Car il ne faut pas s’y tromper, il ne fait pas que défendre les États-Unis contre les prétendues attaques dont ils seraient constamment l’objet, il cherche avant tout à faire l’éloge de l’ultra capitalisme, tout en professant une violente critique contre la société française et les acquis ouvriers, vestiges selon lui du socialo-communisme.

C’est donc à travers plusieurs exemples soigneusement sélectionnés et exposés avec une mauvaise foi impressionnante, qu’il démontre sa thèse : d’une part les États-Unis quoi qu’ils fassent, sont critiqués gratuitement par le reste du monde (qui se limite à la France, l’Irak et la Corée du Nord !), d’autre part, ces critiques sont l’effet d’une implantation encore trop forte des communistes privés de repères depuis 1991 et d’une droite gaulliste ou nationaliste (le tout pouvant aller dans le même sac, Revel aime aussi amalgamer extrême droite et extrême gauche sous l’étiquette des « totalitaires » !) Enfin, les arguments des anti-américains sont extrêmement simples à démonter, ce que les médias de gauche (sic) refusent malheureusement de faire, d’où la nécessité d’un livre de 300 pages, merci Jean-François !

Le problème c’est que tout au long de ces 300 pages, on trouve au minimum une erreur, une omission, une déformation ou tout simplement un mensonge par paragraphe ! Les exemples se ramassent à la pelle et à moins d’écrire un contre-livre d’une taille équivalente, il n’est pas possible de tous les citer. Par exemple, dans le troisième chapitre Antimondialisme et antiaméricanisme on apprend à quel point le G8 est une institution légitime, à l’inverse des « antimondialistes », menés par le « groupe néo-marxiste » (sic) ATTAC ! En effet, les soixante-huitards attardés présents à Gênes ne proposent rien pour le développement des pays du Sud, puisque leur manque de développement est justement dû à un manque de libre-échange mondial ! C’est donc bien la « pensée totalitaire » d’extrême gauche qui est défendue par les militants et non l’intérêt du monde. Rappelons simplement que Jean-François Revel a beau être diplômé de Normale Supérieure et agrégé de philosophie, ses capacités d’économistes restent visiblement limitées à ce qu’on a pu lui raconter au Point ou à l’Express !

Mais passons. La misère du Sud est donc liée à la pression des gauchistes qui tiennent le monde. En revanche elle n’est en rien la cause des mouvements terroristes qui peuvent attaquer le Nord, comme le 11 septembre. La « preuve » : Al Qaeda ne porte pas de revendication sociale ! Et alors ? Pour le brillant analyste Revel, un mouvement qui ne porte pas de revendication sur le développement ne peut être causé par la misère du sous-développement… En revanche, et c’est peut-être la pire déclaration du livre, la religion musulmane y est sans doute pour quelque chose, puisque selon l’auteur, la majorité des musulmans de France sont des extrémistes, contrairement à ce que nous disent les médias. Médias qui n’insistent selon lui pas assez sur l’importance de l’insécurité (sic) notamment liée, on le comprend à demi-mot, à un manque d’intégration des immigrés. Naturellement les Américains, eux, savent remédier à ces problèmes et ne connaissent aucune difficulté de ce genre ! L’ennui, c’est que la France est rongée par l’extrémisme, puisqu’au « premier tour de l’élection présidentielle française, en 2002, près de 25 % des suffrages exprimés vont à des candidats extrémistes de gauche, trotskistes ou pseudo-écologistes, qui rejettent le marché auquel sont tout aussi hostiles les électeurs du Front National (16,86 %). Indubitablement au moins la moitié des électeurs du Parti Socialiste (soit environ 8 %) eux aussi réprouvent le libre-échange, la mondialisation, c’est-à-dire le capitalisme et la liberté économique ». On est prié de ne pas rire.

En fin de compte, le seul intérêt de ce livre est qu’il nous propose un formidable exercice de patience et de révision de contre-arguments ; à lire également pour comprendre ce qu’est la nouvelle idéologie soi-disant contestatrice des intellectuels de droite.

Jean-Baptiste

 
 

 

poing rougeSocialisme International   anticapitalisme&révolution

Revue trimestrielle publiée par des militant(e)s
de
la Ligue Communiste Révolutionnaire

N° 1  novembre 2001 

N°  2 février 2002
Dossier : Palestine
Supplément "Comment battre Le Pen"

N° 3 mai 2002

N° 4  juillet 2002

N° 5 octobre 2002
Dossier : Quel parti nous faut-il ?

N° 6 février 2003
Dossier : Economie

 N° 7 juin  2003
Dossier : la Socialdémocratie

N° 8 septembre 2003
Dossier : la Libération des femmes

 N° 9 janvier 2004 
Dossier Islam et politique

N° 10 juin 2004
Dossier : En défense de Lénine

N° 11 novembre 2004
Dossier : Combattre l'impérialisme

N° 12 mars 2005
Dossier : Ecole et capitalisme

N° 13 août 2005
Dossier : Altermondialisme et anticapitalisme

Site web de la LCR       Liens     Bibliothèque anticapitaliste

Abonnez-vous à la revue ou au bulletin électronique