10 jours qui ébranlèrent le monde
 
" Camarades, je vous apporte le salut d’un endroit où les hommes creusent leurs propres tombes, et les appellent tranchées. "

Si depuis les tombes se creusent à la bombe air-sol, ou dans les ordinateurs du Fonds Monétaire International, l’appel de ce soldat russe s’adressant au soviet (l’assemblée populaire) de Petrograd en 1917 peut encore aujourd’hui résonner en nous. Et c’est un journaliste américain qui l’a recueilli, venu chercher dans la mort et la misère des raisons d’espérer.

10 jours qui ébranlèrent le monde a été écrit en Amérique par John Reed, à la fin de 1918. Ce journaliste, poète et révolutionnaire, étudiant à Harvard progressivement radicalisé, a déjà assisté au soulèvement mexicain de 1911, rendu compte des horreurs de la première guerre mondiale sur un peu tous les fronts, et venait de passer, de septembre 17 à mars 1918 les six mois les plus intenses de sa vie. Son regard extérieur, ses talents d’écrivain et d’analyste nous ont laissé le témoignage le plus vivant, le plus concret de la révolution des soviets. Ainsi, que s’est-il passé alors qui ébranla si fort le monde ?

Dans un monde en guerre totale, la vie économique et l’armée russe étaient complètement désorganisées. Le manque d’armes, de vivres, les dysfonctionnements énormes des transports, orchestrés dans certains cercles dirigeants, amenaient délibérément la Russie à la ruine, afin de signer une paix séparée avec l’Allemagne.

La révolution de Février qui vit la chute du tsar et la prise de pouvoir par les partis capitalistes y mit un coup d’arrêt, juste à temps. La situation s’améliora alors réellement, mais la lune de miel fut brève : les classes possédantes n’aspiraient qu’à une révolution politique, aboutissant à une république, voire une monarchie constitutionnelle. Les masses populaires, elles, voulaient une véritable démocratie industrielle et agraire. "Les masses laborieuses comprenaient la possibilité que même sous un gouvernement libéré du tsarisme, si ce gouvernement était contrôlé par d'autres classes sociales, ils pourraient continuer à mourir de faim." Ainsi, au milieu d’une guerre étrangère, la révolution politique a donné naissance à une révolution sociale qui devait aboutir au triomphe du bolchevisme.

Le 15 octobre, John Reed a un entretien avec le " Rockfeller " russe : " la révolution est une maladie, les puissances étrangères devront intervenir, les nations doivent se rendre compte du danger que le bolchevisme constitue pour leurs propres pays : les idées de la dictature du prolétariat et de la révolution sociale mondiale sont contagieuses. Les transports sont désorganisés, les usines ferment leur portes, les Allemands avancent. La famine et la défaite pourraient ramener le peuple russe à la raison. " Et en effet, des cadres des chemins de fer sont surpris par les ouvriers à saboter les machines, Riga a de fait été livrée au Allemands.

Les gens n’ont plus assez à manger, les spéculateurs font monter les prix. Autour des femmes qui en grelottant font la queue pour du pain et du lait, de mystérieux individus errent, chuchotant " que les Juifs ont accaparés les stocks alimentaires et que les membres des soviets vivent dans le luxe. " Les masses désespérées clament que la bourgeoisie attentent à la vie des gens.

Il est clair que la situation est révolutionnaire. Comme le disait Lénine "La révolution vient quand la classe dirigeante ne peut plus vivre comme avant, et que la classe dominée ne veut plus vivre comme avant."

La fille d’un des amis bourgeois de John Reed rentre un après-midi en proie à une crise d’hystérie : une receveuse de tramway l’a traitée de " camarade ". Le personnel des restaurants et hôtels est syndiqué et refuse les pourboires.  " Ce n’est pas parce qu’un homme doit gagner sa vie en servant à table qu’il faut l’insulter en lui offrant un pourboire ! ".

En fait, le pays entier apprend à lire, et lit, car il veut savoir. Dans chaque ville, jusqu’à la plus petite, des milliers de journaux s’affrontent. Quantités de meetings se tiennent simultanément à Petrograd. Chaque coin de rue est une tribune politique. La discussion jaillit spontanément dans les trains, dans les tramways, partout, toujours.

A la campagne, des paysans incendient les manoirs et s’emparent des domaines. Les grèves sont massives, et nombreuses. Au front, toujours plus de soldats " votent avec leurs pieds ", ils désertent. Parfois, ils élisent leurs officiers. Les soldats, les ouvriers, les paysans s’organisent en soviets, des assemblées de représentants où les débats sont agités, mais forgent leurs participants. Leurs revendications sont très souvent l’arrêt de la guerre, la terre au paysans et la journée de huit heures. Or, le gouvernement provisoire, dirigé par les socialistes " modérés " de Kerenski alliés aux " Cadets " de la bourgeoisie, s’oppose de plus en plus aux revendications populaires..

En attendant, il cède petit à petit sur l’ensemble de son programme, tout en aggravant les mesures de répression. Ainsi, la peine de mort est rétablie sur le front, exécutée par les officiers réactionnaires. Les lock-out (fermeture) des usines " trop " revendicatives se multiplient.

Les reportages de Reed le conduisent à pénétrer dans tous les milieux sociaux, il se rend au front, y constate le dénuement des soldats-paysans ; dans les usines, où il peut mesurer la radicalisation des ouvriers. Il rencontre les principaux dirigeants politiques, Kerenski, Trotsky, etc…

Face aux discours dominants sur la révolution d’octobre, qui ne serait qu’un coup d’état organisé par une secte de conspirateurs, le témoignage de Reed est des plus précieux.

Ainsi, on peut suivre les préparatifs de l’insurrection durant octobre, dont tout le monde parle alors, à droite comme à gauche. La " conspiration " compte des centaines de milliers de partisans. Reed assiste à la prise du palais d’Hiver où siège le gouvernement provisoire par les troupes de gardes rouges et de marins. Il court ensuite assister à la réunion du congrès des soviets, où le nouveau gouvernement révolutionnaire, le conseil des commissaires du peuple, est élu les 25-26 octobre.

Reed s’intéresse aussi aux adversaires des bolcheviks, il suit leurs vaines tentatives pour s’opposer à la marée montante révolutionnaire. Ce dont le journaliste rend compte, et dont il est conscient, c’est l’agonie d’une société et la naissance d’un monde nouveau, c’est le festival des opprimés, l’éveil politique de tout un peuple.

Le récit de Reed s’étend sur les premiers mois d’existence du nouveau pouvoir, qui tient ses promesses, sur la réforme agraire comme sur la question de la paix. Il est confronté aussi aux premières crises, soulèvement d’officiers, grève des fonctionnaires (soutenue par les banques et le patronat), hostilité de presque tous les partis politiques. La réponse des révolutionnaires est loin de l’image aujourd’hui véhiculée, celle de sanguinaires. Sans soutien social, les adversaires des soviets et des bolcheviks sont impuissants. Nombre d’officiers sont relâchés après avoir juré qu’ils ne se rebelleraient plus. La plupart iront former les armées blanches de la guerre civile. Au sein du parti bolchevik, où l’unanimité ne règne pas, des membres de premier plan négocient avec les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires pour former un gouvernement de toutes les forces de gauche. Ces discusssions échouent car les socialistes " modérés " exigent le départ de Lénine et de Trotsky. Surtout, de février à octobre, ces partis, au pouvoir, n’ont réalisé aucune des réformes qui figuraient dans leurs programmes.

Dans une Europe en guerre depuis trois ans, la victoire des travailleurs russes et des paysans, et leur appel à une paix immédiate, suscite un immense espoir. Arrêter la guerre est possible, de même qu’il est possible de construire un monde nouveau.

Le livre de Reed n'est pas une analyse politique froide et distanciée mais une fresque haute en couleurs, anecdotes et " grands évènements " s’y côtoient, avec toujours ces foules mobilisées, organisées, cette révolution, le pouvoir des travailleurs. Sa lecture permet de comprendre facilement comment l'Union soviétique sous Staline et après constituait l'opposé même d'un tel pouvoir, dont le besoin reste entier.

Daniel Lartichaux

Point web

Le texte intégral en anglais du livre de John Reed peut être téléchargé gratuitement à

http://marxists.org/archive/reed/works/1919/10days/
 

 
Cet article a été publié en février 2002 dans Socialisme International N° 2
Je veux vous envoyer des commentaires sur cet article

Je veux recevoir votre bulletin électronique mensuel

                        poing rougeSocialisme International   anticapitalisme&révolution

Revue trimestrielle publiée par des militant(e)s
de la Ligue Communiste Révolutionnaire
N° 1  novembre 2001  N°  2 février 2002
Dossier : Palestine
Supplément "Comment battre Le Pen"
N° 3 mai 2002
N° 4  juillet 2002 N° 5 octobre 2002
Dossier : Quel parti nous faut-il ?
N° 6 février 2003
Dossier : Economie
 N° 7 juin  2003
Dossier : la Socialdémocratie
N° 8 septembre 2003
Dossier : la Libération des femmes
 N° 9 janvier 2004 
Dossier Islam et politique
N° 10 juin 2004
Dossier : En défense de Lénine
N° 11 novembre 2004
Dossier : Combattre l'impérialisme
N° 12 mars 2005
Dossier : Ecole et capitalisme
N° 13 août 2005
Dossier : Altermondialisme et anticapitalisme
Site web de la LCR       Liens      Bibliothèque anticapitaliste Abonnez-vous à la revue ou au bulletin électronique