Pourquoi un journal militant ?

Cet article a été publié dans Gauche ! en 1999

Les gens souffrent et on leur raconte n’importe quoi – voilà la situation générale de cette fin de siècle. L’écart criminel entre les richesses du monde et la misère grandissante, entre le potentiel de l’être humain et sa condition actuelle est recouvert d’une profonde couche de mensonges les plus variées.

Pour changer les conditions de vie il faut des luttes de masse. Des petites avancées (comme les 3% d’augmentation des minima sociaux gagnés par les chômeurs en lutte en décembre) peuvent être gagnées par des petites luttes. Pour aller beaucoup plus loin il faudra de luttes bien plus larges.
Mais pour lutter, et pour convaincre les gens de se mobiliser, il faut comprendre l’ennemi et ses stratégies, il faut organiser ceux qui veulent lutter déjà et les préparer pour des luttes plus grandes demain. Il faut étudier et expliquer comment aller vers une victoire, et expliquer pourquoi c’est dur quand les mobilisations échouent.
 Pour toutes ces raisons, il n’est pas surprenant que les grands socialistes dans le passé qui ont voulu mettre l’avenir de la société dans les mains de la lutte des masses, ont été souvent associés à un journal qui défendait leurs idées et qui organisait les gens autour d’eux. Marx avait le Neue Rheinische Zeitung, Rosa Luxemburg le Rote Fahne, Lénine écrivait dans Pravda.Même avant les socialistes, Marat dans la France révolutionnaire  vendait son journal « l’Ami du peuple » qui commentait l’actualité du point de vue de l’action nécessaire pour que la lutte contre le féodalisme aille jusqu’au bout. .
Le Pravda que produisait l’équipe de Lénine en 1912 était le contraire exact du Pravda de Staline vingt ans plus tard. Plus de la moitié des pages étaient remplies de lettres venant des travailleurs, expliquant leurs conditions et leurs tentatives de résistance malgré la dictature tsariste.
A côté des  articles de lutte se trouvaient des articles d’analyse – sur la guerre, sur la dictature, sur l’histoire du mouvement socialiste, les grandes luttes dans d’autres pays. Avant tout, le journal avait deux buts : dire ce qui est –dévoiler la réalité derrière les mensonges qui couvraient la société tsariste, et répondre à la question clé : Que faire ?
 Mais son journal servait aussi à organiser ceux qui voulaient changer la société. Ce type de journal, vendu par des militants, financés par les côtisants est à son meilleur quand il construit un réseau autour de lui des gens qui sont déterminés à faire vaincre les luttes ;
 
 

Bien sûr vivre et militer sous la dictature tsariste n’était pas du tout la même chose que vivre et militer en France aujourd’hui. Mais pour nous, les deux éléments clé – dire ce qui est et proposer que faire, restent essentiels.

Avec Gauche ! nous voulons produire un journal qui aide à organiser des luttes, et qui constitue en même temps un lieu de clarification des idées – par des débats, des articles historiques ou théoriques – qui répondent aux questions que se posent les gens qui rejettent l’oppression et l’exploitation.
Il est bien différent qu’un journal du type « L’Evènement » ou « Le  Monde diplomatique » justement parce qu’il s’intéresse à la lutte. Mais aussi parce qu’il ne se veut pas « neutre » mais engagé du côte de ceux qui luttent. Cela veut dire également être prêt à moins attirer des lecteurs parfois en étant ferme sur les principes ?
 

Chaque période a besoin d’un type différent de journal militant. Avec Gauche ! nous voulons produire le journal dont on a besoin aujourd’hui – un journal qui pousse à organiser des luttes, un journal qui explique les énormes dangers , un journal qui défend l’idée que le socialisme est loin d’être mort – que les travailleurs peuvent contrôler la société.
Nous demandons à tous nos lecteurs d’écrire, de vendre, de construire pour que notre petit journal puisse aller beaucoup plus loin.
John Mullen
 

Socialisme International
 anticapitalisme &révolution
 
 
N° 1  novembre 2001  N°  2 février 2002 Nouveau N° 5 octobre 2002
N° 3 mai 2002 N° 4  juillet 2002 Recevez  notre bulletin électronique
Bibliothèque anticapitaliste Liens