La famille aujourd’hui
 
(Le texte qui suit est la traduction du deuxième chapitre de Sex, Class and Socialism, livre écrit en 1989 et publié par Bookmarks à Londres. Lindsey German est rédactrice en chef du mensuel Socialist Review, et a écrit de nombreux articles notamment dans International Socialism Journal, revue trimestrielle du SWP britannique. La traduction est extraite du bulletin de traductions et de débats Ni patrie ni frontières N°2. Correspondance et abonnements: Yves Coleman (sans autre mention) 10, rue Jean-Dolent 75014 Paris. T. 01 45 87 82 11.  Ou : yvescoleman@wanadoo.fr).
 
La famille moderne est l’objet d’innombrables études et débats. Certains suggèrent qu’elle serait en train de disparaître, sous les coups du divorce, d’un taux de natalité en déclin ou de son atomisation, qui est l’une de ses principales caractéristiques actuelles. D’un autre côté, on considère encore la famille comme une citadelle éternelle et immuable : une source de force dans un monde incertain. La famille, à l’époque du capitalisme tardif, est marquée par ces deux tendances contradictoires. Le système capitaliste soutient la famille tout en la sapant.

 La famille est une masse de contradictions, dont certaines résultent du fait qu’il s’agit d’une institution universelle. Les familles peuvent varier considérablement d’une classe à l’autre, mais presque tous les êtres humains sont nés, vivent et meurent dans le cadre d’une ou plusieurs familles. Les tentatives de créer des solutions alternatives, comme les communes, ont généralement échoué parce que des relations et des comportements typiques de la famille se reproduisaient au sein même de ces structures.

Ceux qui essaient de rompre avec la norme familiale, comme les homosexuel(le)s, souffrent des préjugés de leur entourage et de discriminations sociales. En fait, de nombreuses relations homosexuelles finissent par reproduire les rôles sexuels traditionnels. Certains sociologues soulignent que des groupes, à l’intérieur de la société bourgeoise, ne vivent pas dans le cadre de la famille : les étudiants, les jeunes qui partagent un appartement à plusieurs, les soldats dans les casernes et même les représentants de commerce. Mais la situation de tous ces individus est transitoire et relativement temporaire. La plupart d’entre eux finissent par vivre dans une forme ou une autre de famille, au bout de quelques années. La domination et l’importance de la famille s’observent aussi dans les attitudes de la société vis-à-vis de ceux qui vivent en dehors de la structure familiale. On considère avec commisération les enfants ou les personnes âgées qui vivent dans des institutions spécialisées, à l’égal des sans-abri. L’utilisation même du terme de « maison » pour désigner ces institutions (maisons de retraite, maisons de redressement, etc.) montre la valeur que l’on accorde à la famille privatisée. Et très souvent les individus qui vivent dans de telles institutions aspirent à vivre dans une famille « normale ».

Famille et classe ouvrière*

L’une des caractéristiques les plus surprenantes de la famille actuelle est l’importance étonnante qu’elle revêt encore aux yeux des ouvriers. Cela encore une fois, malgré des apparences contraires. Des adolescents peuvent se rebeller contre leurs familles. Pour la petite et la grande bourgeoisie, la jeunesse couvre une durée de la vie assez longue, puisque les études supérieures prolongent pratiquement l’adolescence jusqu’à l’âge de 25-26 ans. Mais le mariage et la naissance d’un enfant sont encore considérés comme un idéal pour la plupart des femmes de la classe ouvrière — et donc inévitablement pour les ouvriers.

Cela, malgré des expériences familiales individuelles où la réalité est rarement proche de l’idéal. Les jeunes filles issues de foyers malheureux voient souvent dans le mariage le principal moyen d’échapper à leur famille. Lillian Rubin, qui a étudié les familles de la classe ouvrière blanche américaine, indique : « (…) devenir adulte signifie se marier. Ainsi, malgré le fait que les modèles matrimoniaux qu’elles ont sous les yeux ne ressemblent absolument pas aux mythes qu’elles chérissent, leurs solutions de rechange sont parfois si limitées et si déplaisantes — faire un boulot qu’elles détestent, passer encore des années sous le toit de parents oppressifs — que les jeunes filles de la classe ouvrière tendent à fermer les yeux devant les réalités et à s’accrocher à leurs fantasmes avec une ténacité extraordinaire (1). »

Pour comprendre la raison de ce comportement, il faut étudier les différentes tendances à l’œuvre dans la famille.

Des tendances contradictoires

Sur un certain plan, le capitalisme a tendance à détruire la famille, notamment en créant et en exigeant une plus grande mobilité de la force de travail. Ainsi, depuis 1945, on a vu les phénomènes de migration croître à une échelle sans précédent : d’Asie et des Caraïbes vers la Grande-Bretagne ; de Turquie, d’Afrique du Nord et de Yougoslavie vers l’Europe ; du Moyen-Orient, du Proche-Orient et de l’Amérique centrale vers les Etats-Unis. Tout cela a eu pour principal effet de briser la famille traditionnelle, et a entraîné des conséquences souvent très douloureuses. Les services d’immigration soumettent les familles des travailleurs étrangers à des contrôles draconiens quand ils ne les refoulent pas. Privés de droits civiques, les immigrés en Europe sont aussi coupés de leurs familles : celles-ci sont obligées de rester dans leurs pays d’origine. Ce qui permet d’économiser au pays « d’accueil » les frais de reproduction de cette fraction de la force de travail.

En dehors de la croissance de la main-d’œuvre immigrée, le deuxième phénomène significatif est l’entrée massive des femmes sur le marché du travail. Le travail des femmes mariées a également provoqué des changements majeurs dans la plupart des familles de la classe ouvrière.

Mais si ces changements ont bouleversé des millions de famille ouvrières, une tendance opposée est aussi apparue, puisque les ouvriers se sont accrochés au modèle de la famille et ont tenté de renforcer ses prétendues valeurs traditionnelles. Ce qui explique l’importance idéologique accrue de la famille et la centralité du foyer dans le capitalisme tardif.

Le recentrage sur la cellule familiale avait déjà commencé à la fin du XIXe siècle. Cette tendance est devenue encore plus marquée dans le capitalisme moderne. L’ « amélioration » de la maison alimente une industrie importante. A la périphérie de chaque ville, d’énormes entrepôts proposent les équipements de base pour la « maison de vos rêves » ; l’un des loisirs les plus répandus aujourd’hui consiste à chercher des objets pour remplir son logement. De nombreux ouvriers aspirent à devenir propriétaires de leur domicile.

S’il fallait ajouter encore une preuve, on peut la trouver dans l’attitude des deux principaux partis britanniques à propos de la famille. Le Premier ministre travailliste James Callaghan proposa la création d’un ministère du Mariage en 1978. Margaret Thatcher ne voyait aucune différence entre ses idées conservatrices en matière économique et les valeurs traditionnelles. Les récents appels à des valeurs morales plus solides sont fondées sur les conceptions les plus traditionnelles de la famille, que défendent les deux partis, conservateur et travailliste. En effet, la défense de la famille établie ne peut que leur rapporter des voix.

L’envers du décor

Cependant, la famille ne répond guère aux espoirs que l’on place en elle.

Tout d’abord, la majorité des individus ne vivent pas toute leur vie dans une famille « nucléaire » conventionnelle, composée de deux parents hétérosexuels et d’enfants dépendant de leurs parents. Près de 25 % des foyers sont composés d’une personne célibataire, contre 10 % en 1951. En 1985, la proportion d’enfants vivant dans des familles monoparentales était de 13 %. Les naissances hors mariage atteignent des taux records : 20 % du taux total (2).

Le divorce se banalise puisque 11 % des femmes entre 18 et 49 ans ont divorcé au moins une fois et que, en 1983, un tiers des mariages incluait au moins un partenaire divorcé (3). Bien que le nombre de mariages ait augmenté, une grande partie d’entre eux sont des remariages ; par conséquent le nombre de premiers mariages est en train de diminuer (4).

Pour des millions de gens, la famille est synonyme de précarité. Quelles sont les périodes de la vie où la pauvreté les frappe le plus ? Durant la petite enfance et la vieillesse. Près de 8 millions de personnes dépendent, au moins partiellement, d’une catégorie ou d’une autre d’allocations — y compris 25 % des retraités et près de 50 % des parents célibataires (5). Les enfants sont condamnés à la pauvreté lorsque que leurs mères, à cause du coût des gardes, sont dans l’incapacité de gagner un salaire décent avant que leur enfant soit en âge d’entrer à l’école primaire. Selon Heather Joshi, les mères gagnent en général 30 % de moins que les femmes sans enfants (6).

Pour ceux qui touchent une aide de l’Etat, la situation est encore pire. Par rapport aux familles recevant des allocations, une famille moyenne dépense « 50% de plus pour la nourriture, quatre fois plus en alcool, cinq fois plus pour les vêtements et les chaussures, six fois plus pour les services et les biens ménagers durables et sept fois plus pour les transports (7) ».

La société associe constamment bonheur familial et ressources matérielles. C’est ainsi que les publicitaires nous présentent un monde chimérique : intérieurs spacieux, cuisines gigantesques dotées d’un équipement ménager moderne et rutilant, machines à laver la vaisselle ou le linge, voitures « familiales » flambant neuves qui coûtent l’équivalent de plusieurs années de salaires d’un ouvrier, etc. Ces familles ont toujours la peau blanche, elles sont en bonne santé et conformes aux « canons » de la beauté. Les parents ne perdent jamais leur calme et les mères arborent un sourire joyeux pendant qu’elles placent le linge sale dans la machine à laver ou qu’elles nettoient le carrelage.

La violence domestique, les mauvais traitements, les dettes ou le chômage ne frappent jamais ces familles. Cette image idyllique ne correspond à aucune réalité — elle ne décrit que le style de vie d’une bourgeoisie riche, sans soucis, soit une infime minorité de la population. Cette image contraste radicalement avec les conditions matérielles précaires et les vies sentimentales étriquées de la plupart des ouvriers et ouvrières. Et si un prolétaire acquiert l’un de ces objets tant vantés par la publicité, il lui faut s’endetter jusqu’au cou (8) pour se le payer.

Dans de telles conditions, un licenciement, une maladie ou un accident du travail peuvent précipiter quelqu’un dans l’extrême pauvreté. Les conservateurs ont beau brandir le rêve d’une démocratie de petits propriétaires, entre 1982 et 1986 le nombre de saisies et d’expulsions effectuées par des sociétés immobilières est passé de 6 000 à 21 000. Quatorze pour cent des SDF sont à la rue parce qu’ils n’ont pas pu payer leur crédit (9).

Famille et violence

La famille est aussi un lieu de violence. Toute une série de coups et autres horreurs sont distribués entre les quatre murs du foyer familial. Cela va des femmes battues par leur mari aux enfants maltraités — physiquement ou sexuellement — en passant par les personnes âgés, victimes de leurs enfants ou de leurs petits-enfants (10), comme le montre Jean Renvoize dans Web of Violence.

La violence tend à augmenter aux alentours de Noël et du Nouvel An, lorsque les individus passent la plus grande partie de leur temps en famille et que les tensions s’exacerbent (11). La famille est certainement un lieu plus périlleux que la rue. Dans la ville la plus dangereuse d’Amérique, Détroit, quatre homicides sur cinq sont commis par des amis, des parents ou des amis de la victime (12).

Ceux qui sont peut-être les plus menacés dans le cadre familial sont les jeunes enfants — à la fois sur le plan physique et sexuel. Lorsqu’ils se disputent entre eux, les parents utilisent souvent leurs enfants comme des pions. Une pourcentage assez élevé des parents maltraitants suivent un traitement psychiatrique sous une forme ou une autre (13).

Les mauvais traitements infligés aux enfants se déroulent souvent au moment où les parents les changent ou les nourrissent, ce qui explique pourquoi un pourcentage élevé de femmes battent leur progéniture (14). Les chiffres de la National Society for the Prevention of Cruelty to Children (Association nationale de prévention contre la cruauté visant les enfants) montrent que les mauvais traitements contre les enfants sont plus fréquents chez les femmes au foyer ou au chômage que chez les hommes, actifs ou pas (15).

Différences de classe

La famille existe dans toutes les classes, mais on observe des différences fondamentales entre la vie de famille des différentes classes. Les plus grandes disparités sont liées à la pauvreté. L’étude de Lillian Rubin montre que même aux Etats-Unis, pays riche en principe, « les enfants qui vivent dans la plupart des familles ouvrières connaissent, par intermittence, la pauvreté » (16).

Lorsqu’on leur demande ce qu’ils feraient s’ils avaient davantage d’argent, la plupart des ouvriers déclarent qu’ils paieraient leurs factures en retard. Les familles de la petite-bourgeoisie fournissent généralement des réponses bien différentes, puisqu’elles ont moins de soucis économiques. Et 34% des familles ouvrières affirment qu’elles aideraient leurs propres parents et leurs familles « afin qu’ils n’aient plus aucun souci ». Un seul petit-bourgeois donna une réponse semblable (17). La pauvreté ne frappe pas seulement les chômeurs ou ceux qui vivent des allocations. Le niveau des salaires de la plupart des travailleurs est tel qu’il couvre rarement les coûts de reproduction de toute la famille — la pauvreté est une réalité pour la plupart des ouvriers, en tout cas durant de longues périodes de leur vie. Les chiffres récents montrent que le fossé entre riches et pauvres s’accroît en Grande-Bretagne (18).

Le taux de divorce parmi les ouvriers manuels est presque deux fois plus élevé que chez les professions libérales et les patrons. De plus, « 10 % des jeunes filles fiancées étaient enceintes dans les deux premières classes sociales contre 25 % dans les classes 4 et 5 » (19). Jean Renvoize formule une remarque similaire à propos des enfants battus : « la majorité des sévices graves se produisent dans les groupes socio-économiques les plus défavorisés… peu de mères travaillent à plein temps et la présence permanente de jeunes enfants les irrite considérablement (20)».

Une autre étude réalisée dans les années 1960 montre que les sévices physiques ont joué un rôle dans l’éclatement de 40% des mariages ouvriers, et dans 20% des mariages petits-bourgeois (21).

Il existe de nombreuses autres différences — qui sont parfois moins quantifiables — entre les familles de classes diverses. L’étude de Lillian Rubin est particulièrement utile dans ce domaine. Elle décrit l’étroitesse des conditions de vie de la classe ouvrière, et la façon dont le travail manuel en particulier détruit la sociabilité de la famille. Les couples d’ouvriers entretiennent peu de relations sociales en dehors de la maison ; ils invitent rarement des gens extérieurs à la famille ; ils communiquent peu sur le plan verbal. « Les personnes que j’ai rencontrées m’ont fréquemment parlé de leurs parents, spécialement de leurs pères, qui étaient taciturnes et ne répondaient pas à leurs questions (22).»

Coincés dans des boulots sans avenir, les parents ont souvent peu d’estime pour eux-mêmes. Même s’ils veulent que leurs enfants mènent une vie meilleure, ils attendent généralement peu de choses de la vie. Sur le plan émotionnel, ces familles tendent à être peu communicatives, et traitent parfois leurs enfants avec rudesse et une extrême sévérité. L’étroitesse de leur horizon se traduit par les trois qualités que ces femmes valorisent toujours chez leurs maris : « c’est un travailleur consciencieux, il ne boit pas, il ne me bat pas (23)».

Les familles de la petite bourgeoisie ont tendance à être beaucoup plus ouvertes ; elles abordent les questions qui affectent chaque membre de la famille et il existe un climat plus libre. L’argent ne constitue pas un problème majeur — si les pères appartenant à la petite-bourgeoisie sont préoccupés par leur travail, ils ne se referment pas autant que les ouvriers. Tandis que les femmes de la classe ouvrière demandent à leurs maris de les « laisser » faire les choses, il existe beaucoup plus d’égalité, du moins en surface, à l’intérieur de la famille petite-bourgeoise — non parce qu’elle est nécessairement plus égalitaire, mais « parce que l’idéologie de l’égalité y est plus fortement affirmée (24)».

Toutes ces caractéristiques composent un portrait de la famille ouvrière qui se révèle souvent cauchemardesque pour ses membres. Malgré toutes les tentatives de dépeindre la famille comme un oasis de calme dans un monde violent, dangereux et hostile, elle est souvent l’antre du malheur.
Pourtant, malgré tout cela, les ouvriers continuent à vivre en famille. L’institution est centrale à la fois pour leur vie et pour le système capitaliste. Pourquoi assume-t-elle une telle centralité et une telle prépondérance ?

Spécificité de la famille sous le capitalisme

La réponse n’est ni simple, ni évidente. La famille capitaliste est une institution unique. Elle diffère de toutes les autres formes de famille sur un point central : ce n’est pas une famille productive. Pendant la plus grande partie de l’histoire humaine, il n’y avait pas de place pour une famille non productive ; la famille constituait le cadre à la fois de la production et de la reproduction.

Elle était également le centre de tous les échanges sociaux : tous les membres tendaient à participer à la production, à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. Tel était le cas, par exemple, dans la société agricole britannique jusqu’à la révolution industrielle.

Dans le mode de production capitaliste, la famille nucléaire se situe complètement à l’opposé du modèle antérieur. Les hommes et les femmes ne se marient plus sur la base de leurs talents individuels: sur le fait de savoir si l’homme peut passer la charrue dans un champ ou si la femme peut coudre. Tous les objets dont les ouvriers ont besoin pour vivre — nourriture, logement, vêtements — peuvent être achetés sous forme de marchandises et le sont généralement. Ainsi la famille, loin d’être une unité où les marchandises sont produites, est devenue de plus en plus une unité de consommation.

 La maison familiale sera déjà préfabriquéé (même si elle sera constamment « améliorée » grâce à la décoration, au bricolage, etc.). On fera ses courses au supermarché : la viande sera donc découpée et empaquetée, le poisson nettoyé, vendu sous forme de filets et accompagné d’une sauce, les légumes prêts à la cuisson et le pain coupé en tranches. Des plats préparés auront seulement besoin de passer quelques minutes dans le four à micro-ondes.

Dans une petite minorité de familles, on trouvera des exceptions à la règle : la femme cuira peut-être son propre pain, par exemple. Mais lorsque deux adultes travaillent, la pression rend de tels choix difficiles. Il est beaucoup pratique d’acheter de la nourriture qui économise un temps précieux. Et les aliments sont souvent meilleur marché, grâce aux techniques de la production de masse et parce qu’ils contiennent des ingrédients de qualité inférieure (25).

De même, la grande majorité des femmes ne fabriquent plus les vêtements de leurs enfants. Beaucoup savent tricoter ou possèdent une machine à coudre, certaines travaillent à la maison et cousent pour leurs voisins, mais leur travail est rarement le revenu principal de la famille et ne sert pas à en habiller tous les membres. Il est beaucoup plus économique et pratique d’acheter des vêtements produits au Portugal ou à Taiwan que de les fabriquer chez soi.

Il y a seulement deux cents ans, le rouet ou la quenouille faisaient partie du mobilier de toutes les fermes anglaises et de beaucoup de cottages (26). Le développement de la production marchande a totalement changé la nature du travail accompli à domicile.
 

Le moyen d’échapper à un monde sans pitié

Aujourd’hui, la famille n’a plus, au moins en surface, un rôle économique apparent ou évident ; elle est surtout considérée comme le moyen d’échapper au monde. Le mariage et la famille n’ont plus de rapport avec le travail, mais avec l’amour romantique individuel. Trouver « un mec réglo » et avoir des enfants, tel est, pour la plupart des femmes, l’objectif de leur vie.

Les activités sociales — travail, loisirs de masse, éducation — se déroulent en dehors de la maison. La famille est le domaine du privé — en principe de l’amour et du bonheur intimes, mais souvent le royaume de la souffrance et de la violence privées, ou des espoirs déçus.

A cela vient s’ajouter une contradiction supplémentaire lorsque la famille ne correspond pas à son image. C’est un havre de paix dans un monde sans pitié, mais aussi un enfer pour nombre de ses membres. L’apparence extérieure de la famille diffère considérablement de sa réalité. Il est essentiel de le comprendre si l’on veut saisir pourquoi la famille continue à exister.

Son rôle économique — différent de son rôle dans les sociétés de classe antérieures — est essentiel au bon fonctionnement du système capitaliste. Et, en tant qu’institution, la famille laisse peu de place à la liberté individuelle. Son existence ne dépend pas du fait que des hommes et des femmes tombent amoureux, se marient et aient des enfants. C’est bien sûr la façon dont la plupart des hommes et des femmes constituent leurs propres familles. Mais toutes les pressions pour adopter ce modèle de comportement — pressions exercées par les amis, les parents ou l’Etat lui-même — découlent du rôle économique central assumé par la famille.

La reproduction de la force de travail

Ce rôle économique central est la reproduction de la force de travail pour la classe capitaliste. La reproduction de la génération suivante de travailleurs est cruciale pour toutes les sociétés à travers l’histoire. La forme de la famille (de la reproduction) est donc toujours liée à la forme de production. Dans L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat, Engels décrit ce lien : « D’un côté, la production des moyens de subsistance, de la nourriture, de l’habillement, du logement et des outils nécessaires à cette production ; de l’autre côté, la production des êtres humains eux-mêmes, la propagation de l’espèce (27). »

La « production d’êtres humains » est plus importante aujourd’hui que jamais. La plupart des tâches ménagères et les soins apportés aux enfants à la maison sont précisément liés à cette production. La génération présente d’ouvriers est soignée, nourrie, habillée à l’intérieur de la famille, et elle bénéficie de services sexuels et personnels. Encore plus important : la génération suivante d’ouvriers est élevée dans le cadre familial : c’est généralement la mère qui apprend aux futurs travailleurs à se débrouiller par eux-mêmes et ceux-ci sont l’objet de beaucoup d’attentions. Ce qui permet d’alimenter constamment le marché du travail avec de jeunes ouvriers sains, qui sont socialisés et ont appris à accepter les valeurs idéologiques dominantes de différentes façons.

Tel est le véritable bénéfice économique de la famille pour le mode de production capitaliste. Ce profit provient à la fois du travail non payé de la femme (et dans une moindre mesure de l’homme) à la maison, et du travail salarié des hommes et des femmes à l’extérieur du foyer, travail qui reproduit la marchandise force de travail. Au début des années 70, Kath Ennis souligna ce point mais en ajoutant une restriction : « la plus value extraite par le patron ne provient pas simplement du travail de l’homme qu’il emploie mais de la combinaison entre le travail de l’homme dans son entreprise et celui de la femme à la maison (28)».

Aujourd’hui, il est encore plus clair que le capitalisme repose à la fois sur le travail payé de la femme en dehors du foyer et sur son travail domestique non payé. Mais l’argument fondamental est juste : le travail domestique des femmes contribue à la reproduction de la force de travail et donc indirectement à la plus-value produite par la classe capitaliste, car il permet d’abaisser la valeur de la force de travail.

Travail domestique gratuit et bas salaires

La bourgeoisie fixe le montant des salaires en partant de l’hypothèse qu’il existe un travail domestique — et ce travail existe bel et bien. En fait, le système salarié capitaliste est fondé sur l’hypothèse que tous les individus de la société vivent dans des unités familiales. Cette hypothèse a des conséquences fondamentales. Ceux qui ne vivent pas dans des unités familiales sont parmi les plus pauvres : retraités, parents célibataires, etc. De plus, la classe capitaliste a la possibilité de payer des salaires plus bas (aux hommes et aux femmes) que si la famille n’existait pas.

Les bas salaires des hommes sont fondés sur l’existence de la famille privatisée. En tant que marchandises,  les ouvriers masculins n’ont pas besoin de payer directement les frais de leur reproduction. Leurs femmes préparent leur nourriture, lavent leurs vêtements, effectuent les tâches ménagères et s’occupent des enfants. Ce travail non rémunéré fait baisser les coûts de la reproduction dans la mesure où ces services n’ont pas besoin d’être achetés directement sur le marché (29).

Paradoxalement, les femmes qui travaillent tendent à recevoir des salaires encore plus bas, alors que leurs revenus (qui s’ajoutent à ceux de leurs maris) sont nécessaires pour acheter les biens consommés dans la maison.
Les salaires des femmes sont également affectés par l’existence de la famille. En général, les femmes gagnent entre 66 et 75 % du salaire moyen des hommes (30). Cela tient à plusieurs facteurs : temps partiel, niveau dans la hiérarchie, division sexuelle du travail, etc.

Mais la raison principale pour laquelle les femmes ne touchent pas la même rémunération que les hommes, à qualification égale, réside dans l’hypothèse tacite de l’existence de la famille, et présuppose donc que les femmes ont d’autres ressources que leurs propres salaires.

Que beaucoup de femmes ne bénéficient pas de cet appoint financier, ou que leur paie soit vitale pour maintenir économiquement la famille n’entre pas en ligne de compte dans le calcul du salaire. La classe capitaliste est très satisfaite de payer les femmes au coût de reproduction le plus bas.
La structuration du travail féminin par la famille ne touche pas seulement les salaires. Les femmes constituent la grande majorité des salariés à temps partiel. Même lorsqu’elles travaillent à temps complet, elles tendent à faire moins d’heures que les hommes qui travaillent en dehors de la maison (31).

Leurs heures et leurs conditions de travail doivent prendre en compte leur travail non payé à la maison, en particulier l’éducation des enfants. Cela explique probablement pourquoi les femmes sont plus souvent en arrêt maladie que les hommes (32).

La famille : un soutien indispensable

Bien que le rôle économique central de la famille repose sur la reproduction de la force de travail, ce n’est évidemment pas son unique rôle. Elle a d’autres rôles économiques ainsi qu’un rôle idéologique très important. Elle agit comme un système de soutien pour les membres de la famille qui ne peuvent pas vendre leur force de travail ; une grande partie des personnes malades, handicapées, des vieux et, de plus en plus, des jeunes.

 Le chômage des jeunes, les coupes opérées dans les allocations et la croissance de l’absentéisme scolaire signifient que beaucoup d’adolescents dépendent matériellement de leur famille. Bien que beaucoup d’entre eux essayent de trouver des solutions alternatives, il en existe peu : ce dont témoigne le nombre croissant de jeunes sans-abri.

Le community care (littéralement, les « soins assurés par la communauté » ; ce terme désigne le système britannique de soins et d’aide au niveau local, N.d.T.), euphémisme délicat, signifie qu’un nombre croissant de malades, de personnes âgées, de gens perturbés mentalement ou handicapés sont rejetés dans la famille privatisée.

 Les workhouses du XIXe siècle (asiles où les pauvres étaient obligés de travailler, N.d.T.) ont disparu et il existe maintenant un grand nombre d’institutions (prisons, hôpitaux, asiles psychiatriques, foyers d’enfants, écoles, collèges).
Mais aujourd’hui une pression constante s’exerce pour réduire les dépenses publiques qui financent ces institutions. Cela se produit au détriment de la famille ouvrière. Spécialement en temps de crise, la classe capitaliste se concentre de plus en plus sur la reproduction privatisée.
Le marché empiète de plus en plus sur les tâches traditionnellement accomplies par la famille — processus graduel qui a commencé avec le développement du capitalisme lui-même.

La production manufacturière de textiles a été la première industrie importante. Progressivement, la production de marchandises a pénétré tous les domaines de la vie, y compris de la vie sociale. C’est maintenant presque un truisme de considérer l’acte sexuel comme une marchandise, puisqu’il est acheté et vendu dans des vidéos, des magazines pornos et à travers la prostitution.

La marchandisation des relations sociales

Cette relation avec le marché s’étend et affecte tous les domaines de la vie, influant sur le destin de chaque membre de la famille : « La population ne compte plus sur l’organisation sociale, la famille, les amis, les voisins, la communauté, les parents plus âgés, les enfants. Sauf quelques exceptions, elle se procure sur le marché (et uniquement sur le marché) non seulement la nourriture, l’habillement et le logement, mais aussi les loisirs, les distractions, la sécurité, les soins donnés aux enfants, aux personnes âgées, aux malades, aux handicapés. Progressivement ce sont non seulement les besoins matériels et les services qui sont canalisés par le marché mais même les schémas émotionnels de la vie(33). »

Ainsi la famille, alors qu’elle perd ses fonctions productives, devient de plus en plus une unité de consommation. Chaque domaine de la vie familiale se résume à un lien monétaire.
En tant qu’unité de consommation, la famille est importante pour le capitalisme de plusieurs façons. L’atomisation de la vie familiale signifie la multiplication des marchandises. Les appareils électriques domestiques restent inactifs la plupart du temps : les machines à laver fonctionnent au maximum une heure par jour, les cuisinières deux heures, les magnétoscopes ou les télévisions quelques heures. On n’utilise sa voiture qu’une heure ou deux chaque jour, le reste du temps on la laisse dans un parking ou un garage. Cependant 82 % des foyers ont une machine à laver, 34 % un sèche-linge, 32 % un magnétoscope et 66 % utilisent régulièrement une voiture (34). Cette situation n’a aucune justification rationnelle. Elle résulte uniquement de la propension de la classe capitaliste à accumuler.

Consommation et atomisation

Le développement de la famille en tant qu’unité de consommation et sa destruction en tant qu’unité productive entraînent plusieurs conséquences.

 Tout d’abord cela accroît le niveau de production de marchandises. De plus en plus de domaines de la vie font partie de la production. Même des activités réservées à la famille sont transformées en « services » : la livraison de nourriture à domicile, les soins apportés aux malades, les cours particuliers, le travail social. Parallèlement à cette évolution, de plus en plus de gens sont poussés vers le marché du travail. C’est particulièrement vrai des femmes. La transformation de la famille à travers les femmes développe « le besoin puissant, chez chaque membre de la famille, de disposer d’un revenu indépendant. Il s’agit d’un des sentiments les plus forts suscités par la transformation de la société en un immense marché pour le travail et les marchandises, dans la mesure où la source du statut personnel n’est plus la capacité de fabriquer des choses mais simplement de les acheter (35)».

A son tour, ce processus mène à l’atomisation et à l’isolement pour les différents membres de la famille. Mais ce processus contient une contradiction interne : plus chaque individu s’atomise, plus l’institution de la famille devient importante pour la classe ouvrière. Pour le comprendre, il faut se pencher sur la nature du travail sous le capitalisme.

Harry Braverman décrit la façon dont les travailleurs considèrent que leur vie commence après la fin de leur journée de travail : « Dans une société où la force de travail est vendue et achetée, le temps de travail se différencie de plus en plus du temps non travaillé et s’y s’oppose ; le travailleur accorde une importance extraordinaire à son temps “libre“, tandis que le temps passé au boulot est considéré comme du temps perdu ou gâché. Le travail cesse d’être une fonction naturelle (36). »

L’ouvrier devient complètement séparé du produit de son travail. Dans ce processus, que Marx nomme l’« aliénation », le travail est considéré comme « le sacrifice de sa vie (…) la vie commence pour lui lorsque son activité professionnelle cesse, à table, au pub, au lit (37)».

La famille ouvrière ne peut échapper à cette aliénation. Seule l’abolition du travail salarié et de l’exploitation pourra y mettre fin. La famille ne peut offrir un refuge véritable.

 Au contraire, elle est l’endroit où se manifestent certaines des tensions les plus terribles de la vie ouvrière. Mais c’est aussi plus complexe que cela.

Changements dans le travail et conséquences sur la famille

Avec l’extension de la production de marchandises dans tous les domaines de la vie, la séparation entre le travail et la maison s’accentue. A l’usine, l’ouvrier sent qu’il ne contrôle plus ses conditions de travail : il ne peut plus choisir ses tâches, ses horaires de travail sont rigides, il est soumis à une stricte surveillance, et le produit de sa journée de travail appartient à son patron. Parfois il peut se révolter contre cette situation — organiser une grève ou une autre forme de protestation qui aboutit à ce que l’ouvrier acquière un peu de pouvoir de contrôle et de décision. Mais c’est l’exception, pas la règle.

Le monde extérieur prend donc de l’importance : il apparaît comme le royaume de la liberté et du libre choix. Nous pouvons choisir ce que nous dépensons avec nos salaires : aller au cinéma, boire de l’alcool, acheter des vêtements ou aller assister à un match de foot dans un stade. Nous pouvons décider qui nous voulons épouser ou si nous désirons avoir des enfants. En réalité, ces choix sont presque totalement illusoires. Il existe tellement de contraintes économiques dans cette société que les véritables choix sont complètement triviaux. Mais l’illusion du choix, de la liberté de décider la façon dont l’on mène sa vie, cette illusion est très puissante.
 

Dépendances mutuelles

Dans de telles circonstances, l’importance idéologique de la famille croît. L’inégalité fait totalement partie du système, chacun obtient quelque chose de différent de sa famille. Les enfants dépendent de leurs parents pour leur soutien financier et émotionnel ; la femme dépendra souvent de son mari, au moins partiellement d’un point de vue financier ; l’homme dépend de sa femme et de ses enfants sur le plan émotionnel. De plus, l’homme et la femme dépendent de la famille pour acquérir un statut social : l’homme comme « chef de famille », la femme dans son rôle d’« épouse et de mère », censé être fondamental.

La famille devient ainsi un but capital pour l’ouvrier, mais elle ne lui fournit aucun soulagement réel. Certaines féministes prétendent que c’est le cas : que la famille serait la source du pouvoir masculin sous le capitalisme. Mais si la situation de l’homme, pris individuellement, est souvent meilleure que celle de la femme, il n’a aucun pouvoir. Les ouvriers mâles n’exercent aucun contrôle sur leur vie. Méconnaître cet aspect, c’est nier la réalité de la famille ouvrière. Loin d’être un lieu de pouvoir, la famille devient un mécanisme de défense pour protéger tous ses membres. Ceci permet d’expliquer pourquoi elle a survécu. Comme Jane Humphries l’a souligné, la force et l’endurance de la famille est partiellement due à sa capacité de protéger les ouvriers et leur niveau de vie(38).

Le rôle économique de la famille explique sa survie, du point de vue de la classe capitaliste ; mais d’autres aspects de la famille expliquent la vision positive qu’en ont de nombreux ouvriers. Encore une fois, la nature duelle de la famille signifie qu’elle ne peut jamais véritablement combler les attentes que l’on place en elle. Plus le monde extérieur envahit la famille, plus celle-ci devient un enfer et de moins en moins un havre de paix. Les tensions augmentent en son sein. N’importe quelle épreuve peut la réduire à un dossier supplémentaire dans les tiroirs des services sociaux.

Une intervention croissante

C’est pourquoi, malgré tous les discours sur la liberté et le choix, l’histoire du Capital a toujours été marquée par une longue suite d’interventions dans la vie personnelle et familiale — souvent à travers l’action de l’Etat capitaliste lui même : enseignement obligatoire, services de santé et prestations sociales, réglementation du logement, lois gouvernant les relations entre les membres de la famille.

L’intervention de l’Etat n’est pas nouvelle. Au XVIIIe et au XIXe siècles les législateurs se sont livrés à de nombreuses incursions dans la vie familiale. La loi proposée par Lord Hardwicke en 1753 stipulait que le mariage devait être entériné solennellement par l’Eglise d’Angleterre. La loi sur les pauvres et les enfants illégitimes de 1832 tenta de diminuer le nombre de naissances hors mariage, conséquence partielle de la loi précédemment citée (39). L’avortement est devenu un crime sanctionné par le droit écrit  (et non plus par le droit coutumier) en 1803 (40). Les années 1830, 1840 et 1850 ont vu éclore toute une série de lois concernant la famille, la loi sur les pauvres et les lois protectrices sur les usines étant seulement les plus importantes. Au XIXe siècle les lois tentèrent de contrôler la sexualité en pénalisant la prostitution et l’homosexualité.

L’intervention de l’Etat est apparue comme un élément central de la politique bourgeoise sur la question de la famille autour de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, lorsque l’importance de la famille pour le capitalisme apparut clairement avec l’extension des prestations sociales. L’éducation des enfants fut partiellement retirée aux parents avec l’avènement de l’école universelle et obligatoire et la création d’institutions comme les tribunaux pour enfants.

Différents spécialistes employés par l’Etat jouèrent un rôle de conseil de plus en plus important pour orienter la famille. Ce développement fut particulièrement marqué aux Etats-Unis, mais il se produisit partout. En Grande-Bretagne, l’éducation élémentaire fut introduite en 1870. Le gouvernement du Parti libéral, en 1906, consacra une partie relativement importante du budget public à aider les personnes âgées, les malades et les jeunes — tous ceux qui ne gagnaient pas leur vie. Une certaine forme d’assurance chômage fut aussi introduite. Ce fut la première application du « filet de sécurité » de l’Etat-providence qui pouvait récupérer ceux qui n’étaient pas pris en charge par la famille ou ne touchaient pas de salaire.
Depuis lors, des sommes croissantes ont été dépensées pour ce qu’on appelle les « services sociaux » ou les « prestations sociales », termes vagues. En 1986, les dépenses gouvernementales totales se montaient à 45% du produit national brut — 10% de plus qu’en 1961 (41). Bien qu’une partie significative de cette somme soit allouée à des postes comme le maintien de l’ordre ou la défense, certaines parties des prestations sociales ont augmenté massivement. Par exemple, 47% des enfants de 3 et 4 ans étaient scolarisés en 1985 contre 15 % en 1966.

 Et alors que 51 000 places étaient disponibles dans les crèches ou les maternelles avant 5 ans, il y en avait 609 000 de disponibles en 1985 (42).

Aujourd’hui, l’Etat est le principal employeur et fournisseur de services autrefois accomplis par la famille, ou pas du tout. L’éducation publique est un trait majeur du capitalisme tardif : tous les enfants entre 5 et 16 ans doivent aller à l’école durant la journée entière ; un nombre croissant d’entre eux continuent leurs études après. Cette éducation supérieure est généralement encouragée. Et les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école avant seize ans sont l’objet de poursuites.

Mais l’intervention de l’Etat dans l’éducation des enfants commence bien avant l’école. Avant la naissance, le système de prestations sociales intervient par l’intermédiaire des travailleurs sociaux et des services de santé qui s’assurent qu’aucun des parents ne constitue un danger pour l’autre, ou pour le futur enfant. La contraception est gratuite ; l’avortement est assuré par l’Etat dans certaines circonstances ; la stérilisation forcée et l’injection du contraceptif Depo Provera sont utilisées d’après des critères de classe pour limiter les naissances des mères considérées « incapables ».

Après la naissance, la mère continue à recevoir des visites des services de santé et des prestations de l’Etat pour l’aider à élever son enfant. Toutes sortes d’interventions peuvent être soutenues par la force de la loi ; certains vaccins sont même obligatoires.

En fait, le monde de la santé et celui des services sociaux s’imbriquent considérablement. Les personnes âgées sont admises dans les hôpitaux si elles ne peuvent pas se débrouiller seules ; les enfants sont placés dans des foyers si leurs parents les maltraitent, ou ne s’en occupent pas correctement ; certaines lois imposent des critères minimums de santé dans les institutions de l’Etat, dans les entreprises, les magasins et les restaurants.

Les services sociaux interviennent directement pour compléter les revenus très bas d’une grande partie des pauvres dans la société capitaliste — chômeurs, retraités et très petits salariés.

Différentes aides de l’Etat empêchent des millions de gens de mourir de faim ou de tomber dans la misère, bien qu’ils soient loin de recevoir un revenu décent. Une étude qui tentait d’estimer les niveaux des prestations sociales en fonction des ressources nécessaires pour nourrir, loger et habiller une famille de quatre personnes a trouvé la tâche impossible. L’alimentation était insuffisante et les appareils ménagers impossibles à remplacer (43). L’intervention de l’Etat est l’équivalent moderne de la loi sur les pauvres ou de la charité : elle permet aux plus pauvres de survivre, pas plus.

L’intervention de l’Etat s’étend au rôle des femmes dans les entreprises. La loi prévoit des congés maternité, un salaire égal pour une même qualification et la suppression de toute discrimination sexuelle. Ces dispositions légales sont lamentablement inefficaces, mais elles montrent qu’un effort spécial doit être fait pour intégrer les femmes dans la force de travail du Capital. Il en est de même de toutes les « lois sur la famille », concernant le divorce, l’éducation des enfants ou les femmes battues.

Les adversaires de l’intervention de l’Etat

Dans chaque domaine de la vie familiale, l’Etat intervient maintenant pour s’assurer que certaines choses sont faites ou d’autres interdites. Cette intervention suscite des controverses. Les hommes de droite, qui croient au libre fonctionnement des forces du marché — et diminuent drastiquement les dépenses publiques —, ont tendance à exiger une réduction sévère des prestations familiales. Ferdinand Mount considère la famille comme le havre de l’intimité et s’oppose à toute intervention extérieure : « ces fouines de fonctionnaires n’ont pas le droit d’imposer leur échelle personnelle de priorités au reste de la société », écrit-il (44).

Pour lui, l’Etat ne peut qu’aboutir à une diminution de la liberté, à une forme de « socialisme » d’Etat et aux agissements absurdes de la petite-bourgeoisie des travailleurs sociaux. Selon Mount, la classe ouvrière est opposée à de telles mesures, et veille jalousement sur son intimité. Bien sûr, ses conceptions ne sont pas partagées par tous les gens de droite. Une grande partie des conservateurs préfèrent maintenir une certaine dose d’intervention : faire avorter et stériliser les pauvres et les « irresponsables » ; intervenir dans les cas familiaux les plus graves. Ils se lamentent sur les taux élevés de divorce et de naissances hors mariage dans les couches « inférieures » de la classe ouvrière, et veulent que les services sociaux y mettent bon ordre. Un de ces auteurs déplore une situation où « beaucoup trop de jeunes filles de la classe ouvrière, en particulier, veulent jouir du statut de femme mariée, avec un lit double et un landau, et cherchent à trouver un jeune homme qui puisse leur apporter ce statut (45). »

Dans la pratique, les politiques gouvernementales successives ont dessiné une évolution qui oscille entre une intervention lourde pour réguler la vie des pauvres et l’absence totale d’intervention. Mais puisque le rôle de l’Etat est maintenant aussi crucial et central pour le bon fonctionnement du capitalisme, ils n’ont pas une grande marge de manœuvre, en réalité. L’histoire du capitalisme depuis la guerre l’a amplement démontré.

Les besoins du Capital

La Seconde Guerre mondiale et le long boom qui l’a suivie ont été des périodes de quasi plein emploi. Dans les années 1950, le patronat manquait de main-d’œuvre, et a fait venir des travailleurs étrangers et les femmes mariées sur le marché du travail. L’Etat cherchait à réglementer cette demande de travailleurs ; dans le cas des femmes, en s’assurant que la famille reste une priorité — que les futurs travailleurs ne soient pas négligés. Une grande partie de ces dépenses pouvaient être assurées par les parents, par exemple s’ils avaient les moyens d’acheter des appareils ménagers comme des aspirateurs ou des machines à laver. Lorsque c’était impossible, l’Etat subventionnait directement ces familles — même s’il ne le faisait pas toujours de bon cœur : le manque de crèches et d’écoles maternelles pour les enfants de moins de 5 ans reflète les besoins importants en main-d’œuvre et donc les coûts salariaux élevés qu’exige le bon fonctionnement de ces institutions.

En plus d’attirer de nouvelles couches d’ouvriers sur le marché du travail, les besoins du Capital ont imposé une augmentation du niveau de qualification, du moins pour une minorité du prolétariat. Ce résultat a été obtenu en accroissant le budget de l’Education nationale et particulièrement de l’enseignement supérieur (46). Une couche de travailleurs hautement qualifiés a pu être formée aux frais de l’Etat, ce qui a permis d’augmenter la productivité du travail. Les dépenses de santé ont été conçues également pour garantir une force de travail en bonne santé et donc plus productive.

Comme nous l’avons vu, ces deux catégories de dépenses ont eu des implications considérables pour la famille. Elles sont aussi devenues des traits permanents, malgré les coupes dans les budgets publics de ces dernières années. Les dépenses publiques dans ces domaines continuent à être élevées, et le montant concerné empêche l’Etat de se désengager de la famille. Les intérêts directs de la classe capitaliste, également, assurent un haut niveau d’investissement.

Les dépenses sociales de l’Etat remplissent deux fonctions majeures : « Pendant une longue période le Capital avait l’impression que les dépenses sociales pouvaient satisfaire deux besoins simultanément : acheter le soutien de la classe ouvrière et en même temps augmenter la productivité, afin que le coût d’une telle politique ne pèse pas sur l’accumulation. De même que les salaires servent à la fois à reproduire la force de travail et à justifier le fardeau du boulot aux yeux des ouvriers, l’élément du “salaire social“ dans les dépenses publiques a augmenté à la fois la productivité de la force de travail et fait croire aux ouvriers que la société s’occupait d’eux (47). »

Ces deux aspects sont essentiels. Ils expliquent les contraintes qui ont pesé sur les gouvernements successifs lorsqu’ils ont voulu tailler dans le salaire social — et pourquoi les ouvriers défendent des institutions comme le National Health Service (Service national de santé). Ils montrent aussi le rôle central de l’intervention de l’Etat pour conserver en vie la famille. Toutes les théories sur l’oppression des femmes et la famille doivent prendre en compte cette contribution positive du système au maintien de la famille. Pour le Capital, l’enjeu est simple : la famille privée doit continuer à être le lieu de reproduction de la force de travail.
 
Lindsey German

* Tous les intertitres ont été ajoutés par le traducteur (N.d.T.).

1. Lillian Rubin, World of Pains, New York, 1976, p. 41.
2. Social Trends 1988.
3. General Household Survey 1983.
4. Social Trends 1988.
5. Voir Jonathan Bradshaw et Jane Morgan, « Budgeting on Benefit » in New Society, 6 mars 1987.
6. Cité dans Kirsty Milne, « Why women are still paid less », in New Society, 3 avril 1987.
7. Bradshaw et Morgan, in New Society, 6 mars 1987.
8. Le nombre de cartes de crédit a explosé au cours des dernières années, avec 12,1 millions de cartes Visa et 9,8 millions de cartes Access à la fin de 1986. A comparer avec les 3 millions pour chacune de ces cartes à la fin de 1975. La dette total du crédit à la consommation s’élevait à 31 milliards de livres (Social Trends 1988).
9. Social Trends 1988.
10. Jean Renvoize, Web of Violence, Londres, 1978, pp. 113-124.
11. Renvoize, op. cit., p. 50
12. Renvoize, op. cit., p. 40.
13. Renvoize, op. cit., p. 32.
14. Renvoize, op. cit., p. 171.
15. Cité dans Lindsey German, « Child Abuse » in Socialist Worker Review, Londres, n° 112, septembre 1988.
16. Rubin, op. cit., p. 30.
17. Rubin, op. cit., chapitre 9.
18. Social Trends 1988. La tendance est similaire aux Etats-Unis où, suivant le Bureau du recensement, en 1985, le nombre de ceux qui gagnent moins de 20 000 dollars est passé de 30,7 % en 1972 à 34 % à 1985 ; tandis que ceux qui gagnaient plus de 50 000 dollars est passé de 16,5 à 18,3 % (Democratic Left, volume XV, n° 4, septembre-octobre 1987)
19. A.J. Bradshaw, Public Policy and Family Life, Londres, 1980, p. 23/
20. Renvoize, op. cit., p. 171.
21. Etude menée par Levinger, cité in Renvoize, p. 23.
22. Rubin, op. cit., p. 36.
23. Rubin, op. cit., p. 93.
24. Rubin, op. cit., p. 97.
25. Une nourriture de qualité devient de plus en plus l’apanage des classes moyennes, tandis que la classe ouvrière est souvent piégée dans une alimentation mauvaise à cause de son prix relativement bas ; par exemple, le prix du pain blanc en tranches représente la moitié du pain de campagne.
26. Pinchbeck, op. cit., p. 133.
27. Engels, L’Origine de la famille, de la propriété et de l’Etat, préface à la première édition (Texte traduit par nos soins, N.d.T.).
28. Kath Ennis, « Women’s Consciousness », in International Socialism, Londres, première série, N° 68, avril 1974.
29. Les compagnies d’assurances ont estimé ce qu’une « épouse » coûterait sur le marché si toutes ses fonctions étaient achetées à titre de services. Le prix à payer représenterait, chaque semaine, le double du salaire moyen masculin. Cela donne une assez bonne idée de la véritable valeur économique du travail non payé des femmes .
30. New Earnings Survey, 1986, Department of Employment, Londres.
31. New Earnings Survey 1986. Cependant ce n’est pas aussi simple. 49 % des employés masculins et 59,7 % des employées travaillent entre 36 et 40 heures. Mais tandis que 23,6 % des hommes travaillent de 40 à 48 heures par semaine et 15,6 % des hommes travaillent de 40 à 48 par semaine, c’est le cas respectivement de seulement 8,3 % et 1,8 des femmes. Un autre sondage souligne que les hommes dont les femmes travaillent à plein temps travaillent moins que ceux dont les femmes travaillent à temps partiel (Martin et Roberts, op. cit., chapitre 4).
32. Social Trends 1988.
33. Harry Braverman, Labour and Monopoly Capital, New York 1974, p. 276. (Traduit en français par D. Letellier et S. Niemetz, Maspero, 1976, sous le titre Travail et capitalisme monopoliste. Les passages cités ici ont été traduits par mes soins (N.d.T.) )
34. Social Trends 1988.
35. Braverman, op. cit., p. 276.
36. Braverman, op. cit., p. 278.
37. Karl Marx, Travail salarié et capital (traduit par nos soins, N.d.T.).
38. Humphries, in Amsden p. 140.
39. Gittins, Family in Question, pp. 82-83.
40. Gittins, op. cit., p. 101.
41. Social Trends 1987.
42. Social Trends 1987.
43. Jonathan Bradshaw et Jane Morgan, « Budgeting on benefit : the consultation of families on social security » (Family Policy Studies Centre 1987).
44. Mount, op. cit., p. 172.
45. Brayshaw, op. cit., p. 16.
46. Voir Chris Harman, Explaining the Crisis, Bookmarks, Londres, 1984, p. 105.
47. Harman, op. cit., p. 106.
 
 

Socialisme International  anticapitalisme&révolution
Revue trimestrielle publiée par des militant(e)s de la Ligue Communiste Révolutionnaire
N° 1  novembre 2001  N°  2 février 2002 N° 5 octobre 2002
N° 3 mai 2002 N° 4  juillet 2002 N° 6 février 2003
Site web de la LCR Socialisme International a rejoint la LCR
Bibliothèque anticapitaliste Liens Recevez  notre bulletin électronique