Foulard islamique

Droit à l'éducation pour toutes les femmes!

Cet article est paru dans Socialisme International en 1993

A Nantua, en novembre, deux jeunes Turques et deux jeunes Marocaines furent exclues du collège parce qu'elles refusaient d'ôter leur foulard islamique. Par la suite l'imam de la ville a été expulsé du pays. Le débat sur le foulard islamique a été relancé. A gauche règne la confusion. On voit facilement que l'exclusion des filles fait partie des campagnes racistes du gouvernement. Mais, étant donné que le gouvernement de gauche avait fait la même chose à Creil en 1989, les organisations de gauche ne peuvent pas s'y opposer clairement.

Nous pensons qu'il est le devoir de tout anti-raciste de défendre le droit à venir à l'école en foulard librement, et que toute autre position donne des armes aux racistes. Ce n'est pas surprenant que le directeur de l'école de Creil, qui avait fait la une des journaux en 1989 en excluant des jeunes musulmanes est maintenant un député RPR, et s'attaque avec verve aux jeunes musulmanes "qui imposent ...à leurs camarades l'expression outrancière de leur différence".

Ici nous répondons à certaines des objections les plus courantes à notre position.

Ne doit on défendre l'école laïque ?

La laïcité n'est pas la raison de l'exclusion du foulard islamique. Les dizaines de milliers d'élèves qui portent des croix ou des étoiles de David n'ont jamais eu de problèmes. D'ailleurs, l'année scolaire est organisée autour de la religion chrétienne (mercredi après-midi libre pour l'éducation religieuse, pas de congés pour les fêtes religieuses autres que chrétiennes...). En Alsace il y a encore des aumôneries dans les écoles et des curés payés par l'Etat pour donner des cours dans les écoles publiques. Les écoles privées catholiques reçoivent des subventions de l'Etat. Les musulmanes sont exclues parce qu'elles portent les signes de la "mauvaise" religion.

Notons en passant, que toutes les campagnes contre "l'intégrisme musulman" oublie qu'il n'y a pas des centaines, mais des dizaines de milliers d'intégristes catholiques en France. Leur journal Présent est ouvertement raciste. Ils ont inspiré des attaques violentes contre des centres d'IVG. Ils défilent avec Le Pen dans la rue. Pourtant il n'y a jamais eu une campagne gouvernementale contre eux.

On devrait donc exclure tous les signes religieux, musulmans ou autres ?

C'est la position des organisations comme France-Plus. Mais la laïcité qu'il faut défendre n'est pas celle-là. Il faut que l'enseignement soit laïque. Les élèves doivent avoir le droit de porter les signes religieux ou politiques s'ils veulent. C'est une erreur de penser que l'école peut être isolée de la société extérieure. Si on va exclure des signes religieux à lécole, pourquoi pas dans la rue?!

Le foulard n'est-il pas un signe de l'oppression de la femme ?

Oui. Mais comment lutter contre cette oppression? Certainement pas en renvoyant les jeunes musulmanes au foyer, où le poids de la religion est plus forte, ou, pire, dans une école coranique comme a été le cas de certaines des jeunes filles exclues de l'école. Les opprimés rejettent les signes de leur oppression quand il y a une lutte conséquente contre l'oppression, et ils ont la confiance de mettre en cause les valeurs traditionnelles. Notons surtout l'hypocrisie incroyable du gouvernement. Depuis quand ont-ils défendu les intérêts des femmes ?! En réduisant les budgets sociaux, en licenciant, ils renforcent l'oppression des femmes, qui se retrouvent devant soccuper des personnes agées et des enfants encore plus qu'avant.

Ne faudrait-il pas que les enseignants essayient de convaincre les filles d'enlever le foulard ?

Une telle démarche ne peut que donner des armes aux racistes qui prétendent qu'il y a une menace intégriste musulmane en France. On n'essaie jamais de convaincre les chrétiens à enlever leurs croix. Il faut défendre la liberté complète de la croyance religieuse. Et pour bien de jeunes filles, le foulard est un signe d'identité culturelle face à une société raciste. Seul un combat déterminé contre le racisme peut convaincre les jeunes musulmans qu'ils n'ont pas besoin de la religion pour se défendre contre l'oppression.

Mais l'islam intégriste n'est-il pas réactionnaire ?

Evidemment. Mais l'islam est aussi une réponse à l'oppression. La seule façon de combattre à la fois l'oppression et l'influence de l'intégrisme est en proposant une alternative qui respecte chaque individu. En dessous des arguments sur "l'islam réactionnaire" il y a trop souvent le stéréotype raciste du "fou intégriste" qu'agite Pasqua. Il ne faut pas que les anti-racistes tombent dans le piège. Par ailleurs, rien ne permet de dire que les familles des jeunes de Nantua étaient des intégristes. Leur exclusion constitue une attaque sur tous les musulmans, et nous devons les défendre sans condition.

John Mullen
 

Socialisme International
 anticapitalisme &révolution
 
 
N° 1  novembre 2001  N°  2 février 2002 Nouveau N° 5 octobre 2002
N° 3 mai 2002 N° 4  juillet 2002 Recevez  notre bulletin électronique
Bibliothèque anticapitaliste Liens