6 LE BILAN HISTORIQUE DE L'ANARCHISME - Bakounine

On peut trouver des éléments de la pensée anarchiste au début de l'histoire de l'humanité, puisque les être humains ont toujours rêvé d'une société libre et égalitaire. Mais l'anarchisme comme idéologie et mouvement définis date, tout comme le marxisme, du XIXeexposant siècle.

Au cours des cent cinquante années de son existence, il a sans aucun doute produit sa part, et peut être plus, de héros et d’héroïnes - des individus célèbres ou méconnus, qui ont consacré, voire donné leur vie, à la cause révolutionnaire. Mais il ne fait aucun doute que les faiblesses que nous avons identifiées dans ce mouvement ont resurgit de façon récurrente dans la pratique anarchiste.

Dans les limites d'une courte brochure comme celle-ci, il est évidemment impossible de passer en revue l'ensemble de l'histoire de l'anarchisme, en tenant compte de ses multiples variétés et de toute sa complexité. Nous ne tenterons pas de le faire. Nous tenterons plutôt d'illustrer, et donc de renforcer, l'argument que nous avons déjà avancé en nous référant à trois épisodes de son histoire : l'activité de Bakounine dans les années 1870 ; l'anarchisme pendant la Révolution russe ; le rôle de l'anarchisme dans la Guerre civile espagnole.

Le but n'est pas de tirer le bilan de l'anarchisme en dressant une liste de scandales, de trahisons et de bêtises - un exercice sans intérêt, qui pourrait aussi facilement être réalisé pour l'histoire du marxisme. Il s’agit d'examiner les moments clés de l'histoire de la lutte révolutionnaire afin d’étudier des périodes décisives de la pratique anarchiste. Cette critique remettra donc en cause l'anarchisme sur le terrain où il est le plus fort et sur celui où il est le plus faible.

BAKOUNINE

Michel Bakounine (1814-1876) est probablement le personnage le plus renommé de l'anarchisme. Par son apparence, son style de vie et sa passion pour l'action, il a représenté sans aucun doute l’archétype du héros anarchiste romantique. Il a participé personnellement à plusieurs insurrections avortées. Il a été emprisonné de nombreuses fois et a même subi un confinement solitaire de cinq ans dans la tristement célèbre forteresse Pierre et Paul de la Russie tsariste. Bakounine, plus que quiconque, a été le fondateur de l'anarchisme comme tendance organisée et distincte du mouvement socialiste.

Mais il a incarné aussi avec une acuité particulière les contradictions inhérentes de l'idéologie anarchiste.

Dans ses attaques contre le marxisme, qu'il qualifiait " d'étatiste ", d'" autoritaire ", et ses multiples déclarations démagogiques, Bakounine se présente comme l'opposant le plus radical de tout pouvoir, de toute autorité, de toute direction et de toute soumission. Ainsi, le programme du mouvement auquel il donna naissance, l'Alliance de la démocratie socialiste, déclare :

" Avec le cri de paix pour les travailleurs, liberté pour tous les opprimés et mort pour les dominants, les exploiteurs et les conservateurs de tous genres, nous voulons détruire tous les Etats et toutes les églises ainsi que leurs institutions, leurs lois religieuses, politiques, juridiques, financières, policières, universitaires, économiques et sociales, afin que les millions d'être humains trompés, réduits à l'état d'esclavage, persécutés et exploités, enfin libérés de tous leurs dirigeants, bienfaiteurs officiels et officieux, collectifs et individuels, puissent finalement respirer librement. " trouver références exactes

En 1871, il déclara :

" En un mot, nous rejetons toute législation, toute autorité, tous les pouvoirs officiels et légaux, privilégiés et autorisés qui s'exercent sur nous, même s'ils sont issus du suffrage universel. trouver références exactes"

Et en 1872, il ajouta :

" Nous rejetons, même pour les besoins de la transition révolutionnaire, les conventions nationales, les assemblées constituantes, les gouvernements provisoires ou les prétendues dictatures révolutionnaires. trouver références exactes"

Pourtant, dans sa propre pratique politique, Bakounine s'adonna principalement à l'organisation de conspirations secrètes et hiérarchisées, fondées sur le principe de l'obédience totale à sa propre personne. Il décrivit ses méthodes dans une lettre adressée au célèbre conspirateur russe, Netchaiev :

" Les sociétés dont les buts sont proches des nôtres doivent être contraintes à fusionner avec notre Société ou, tout au moins, doivent y être subordonnées à leur insu, tandis que les éléments nuisibles doivent en être écartés. Les sociétés qui nous sont hostiles ou carrément nuisibles doivent être dissoutes et, finalement, le gouvernement doit être renversé. Nous ne pouvons réaliser tout cela en propageant la vérité ; la ruse, la diplomatie et la tromperie sont nécessaires "...

Bakounine employa ces tactiques pour tenter de prendre le contrôle de l'Association internationale des travailleurs, la Première internationale. Ses partisans et lui-même la rejoignirent en 1869 et déclarèrent la dissolution de leur propre formation, l'Alliance de la démocratie socialiste. En fait, ils la maintinrent sous la forme d'un réseau secret. En 1872, Bakounine écrivit à un de ses partisans italiens :

" Je crois que tu comprendras tôt ou tard la nécessité de fonder, à l'intérieur [des sections de l'Internationale] des noyaux composés des membres les plus dévoués, les plus intelligents et les plus énergiques, en un mot les plus proches de nous. Ces noyaux étroitement liés entre eux et avec d'autres noyaux similaires qui sont établis ou le seront dans d'autres régions de l'Italie ou dans d'autres pays, auront une double mission. D'abord, ils formeront l'âme inspiratrice et vivifiante de cet énorme corps que constitue l'Association internationale des travailleurs, mais exerceront aussi leur influence ailleurs. Ensuite, ils se consacreront à des questions qu'il est impossible d'exposer et de traiter publiquement... Pour des gens aussi intelligents que vos amis je pense en avoir dit assez... Naturellement, cette alliance secrète n'admettrait dans ses rangs qu'un très petit nombre d'individus. "trouver références

Cette contradiction entre principes proclamés et pratique n’émane pas d’un simple penchant de Bakounine pour la domination. En réalité, il fut l'incarnation vivante de la contradiction inhérente au rejet par l'anarchisme de toute direction : en d'autres termes, au lieu d'une direction démocratiquement élue et révocable, il y a chez les anarchistes non pas absence de direction, mais des dirigeants non démocratiques, non élus et irrévocables.

La conspiration secrète de Bakounine violait les principes mêmes de l'anarchisme et sa méthode de direction de la révolution ouvrière ne pouvait mener qu'au désastre. Un groupe de personnes méticuleusement sélectionnées ne peut pas plus comprendre qu’influencer la conscience de la classe ouvrière. La conspiration mena par conséquent au putchisme, c'est-à-dire à des tentatives par de petites minorités de déclencher des insurrections indépendamment des actions ou des aspirations de la majorité des travailleurs. Bakounine participa à plusieurs de ces aventures, dont celle de Lyon, conduisant toutes à des échecs pathétiques. A Lyon, en septembre 1870, alors que soufflait un vent de révolte populaire, Bakounine et ses partisans occupèrent l’hôtel de ville, se proclamèrent Comité de salut national et annoncèrent l'abolition de l'Etat. Malheureusement l'Etat refusa d'admettre son abolition et rapidement, par l'envoi de compagnies de la Garde nationale, "abolit" le coup d'Etat inspiré et organisé par Bakounine. Celui-ci fut contraint de fuir vers Gênes. Il s’isola de toute possibilité de participer à une véritable révolution ouvrière, la Commune de Paris, qui explosa l'année suivante.

Fait intéressant, Bakounine appliqua son concept de pouvoir invisible non seulement à l'organisation du mouvement révolutionnaire, mais aussi à l'organisation de la société post-révolutionnaire. Dans une lettre à son ami et partisan, Albert Richard, il expliqua comment, une fois l'anarchie établie, ses amis et lui constitueraient une "dictature invisible" :la citation suivante ne correspond pas exactement à celle que donne Molyneux. Il faut trouver l'original.

" Rejetant tout, à l'aide de quel pouvoir, ou plutôt de quelle force, dirigerons-nous la révolution populaire ? " Et Bakounine répond : " Au moyen d'une force invisible qui n'est reconnue par personne, et qui ne s'impose à personne, au moyen de la dictature collective de notre organisation qui sera d'autant plus puissante qu'elle restera invisible et méconnue et qu'elle sera privée de tout droit et positions officielles. "

Cette conception d'un pouvoir invisible, pure fantaisie, doit être rejetée. Car si elle était mise en pratique elle donnerait naissance à la forme de pouvoir la plus antidémocratique qu'on puisse imaginer.

Enfin, Bakounine incarne par sa carrière d'agitateur les diverses racines sociales de l'anarchisme du XIXeexposant siècle que nous avons décrites dans le précédent chapitre de cette brochure. Sa première inspiration lui vint de la rage et de la violence des révoltes paysannes, en particulier celles dirigées par Stenka Razine et Pougatchev, de sa Russie natale. Il idéalisa les brigands ruraux en les qualifiant de traduction libre, trouver l'original." justiciers du peuple, ennemis irréconciliables du régime et de l'Etat... les seuls, les véritables révolutionnaires - les révolutionnaires qui ne font pas de phrases ni de rhétorique livresque. "

En 1867, Bakounine porta son attention et celle de ses partisans sur la Ligue pour la paix et la liberté, organisation bourgeoise menée par John Stuart Mill. expliquer qui fut Mill.Très vite déçu par l’hostilité des bourgeois à ses idées, il se tourna alors vers la Première internationale et "adopta" pendant une période le prolétariat. Au sein de l'Internationale, il obtint ses principaux soutiens des artisans ruraux de la Fédération du Jura en Suisse et du Sud de l'Italie, région à forte majorité paysanne. Il considéra également avec beaucoup de faveur les étudiants et les intellectuels rebelles " jeunes énergiques et fervents, totalement déclassés, sans carrière ni issue ". Après son exclusion de l'Internationale en 1872, il dénonça le concept marxiste de classe ouvrière qui, à ses yeux, entraînerait traduction libre, trouver original" la domination aristocratique des ouvriers d'usine et des villes sur les millions de gens qui constituent le prolétariat rural. "

Certains anarchistes pourraient désavouer Bakounine. Mais, nous le verrons, les défauts fondamentaux du bakouninisme refont surface dans l'anarchisme du XXeexposant siècle, même pendant ses heures de gloire.

John Molyneux

7. Bilan historique de l'anarchisme - la révolution russe                                   Accueil

Socialisme International
 anticapitalisme &révolution
 
 
N° 1  novembre 2001  N°  2 février 2002 Nouveau N° 5 octobre 2002
N° 3 mai 2002 N° 4  juillet 2002 Recevez  notre bulletin électronique
Bibliothèque anticapitaliste Liens